/investigations/taxes
Navigation

Dans la mire du fisc: plus de 100 M$ en revenus dissimulés pour un ancien VP du Cirque du Soleil

Louis Parenteau, un ancien VP du Cirque du Soleil et ex-associé de Franco Dragone, est dans la mire du fisc

Coup d'oeil sur cet article

L’Agence du revenu du Canada (ARC) est aux trousses d’un ex-associé du metteur en scène vedette Franco Dragone, soupçonné d’avoir dissimulé plus de 100 millions $ dans le cadre d’une affaire de blanchiment d’argent et de fraude fiscale internationale.

• À lire aussi: Un ex-dirigeant du Cirque suspecté dans une affaire de fraude fiscale

• À lire aussi: Un partenaire potentiel de Guy Laliberté accusé de fraude et de blanchiment

Le fisc fédéral estime que Louis Parenteau lui doit une somme entre 24,7 et 56,5 millions $, selon une procédure judiciaire consultée par notre Bureau d’enquête.

L’ARC a entrepris un recours à la mi-juillet contre Parenteau pour tenter de faire lever le voile corporatif et mettre la main sur des actifs de grande valeur transférés dans des fiducies, dont trois propriétés au Québec (voir texte ci-bas).

Parenteau, un avocat inscrit au Barreau du Québec, a été vice-président des affaires juridiques du Cirque du Soleil dans les années 1990, avant de prendre la tête de l’entreprise de l’ex-metteur en scène vedette du cirque, Franco Dragone. 

  • Écoutez l’entrevue d’Alexandre Dubé avec Jean-François Cloutier, journaliste sur QUB radio :

Démêlés avec la justice belge

Selon la procédure déposée en Cour supérieure, Revenu Canada a reçu des informations en provenance des autorités belges en lien avec une enquête «alléguant du blanchiment d’argent et de la fraude fiscale internationale impliquant Parenteau et certains de ses associés».

Des bureaux de l’entreprise de Dragone auraient été perquisitionnés en Belgique en 2014 et Parenteau aurait été interrogé en 2016. Aucune accusation n’a toutefois été portée contre ce dernier.

Notre Bureau d’enquête avait rapporté en 2020 que les autorités belges avaient finalement choisi de ne pas porter d’accusation contre lui parce que les faits suspectés étaient trop anciens.

Selon la procédure, Parenteau s’est joint au groupe Dragone en 2001, en échange d’une somme d’un million $ US dès son entrée en poste et d’un salaire annuel de 350 000 $ US.

À la suite d’une dispute en 2008, un partage des actifs du groupe Dragone aurait toutefois été décidé, avec transfert d’actifs (argent et droits de redevance sur des spectacles) totalisant plus de 100 millions de dollars américains vers une société des îles Vierges britanniques reliée à Parenteau.

Parenteau aurait ensuite notamment transféré des placements aux îles Vierges vers un compte personnel à Guernesey pour une valeur de 17 millions $. 

Avis de cotisation monstre

À la suite d’une vérification, l’Agence du revenu du Canada a émis des avis de cotisation à Parenteau « afin d’imposer les revenus provenant de la fin de son partenariat avec Dragone ».

L’ARC a notamment ajouté aux revenus déclarés de Parenteau un montant de 113,9 millions $ pour l’année 2013. 

«En somme, selon ce que la Division des appels ou la Cour canadienne de l’impôt déterminera [...], la dette fiscale de ce dernier se situera entre 24,7 millions $ et 56,5 millions $», allègue le fisc. 

En octobre 2021, Parenteau s’est opposé en Cour fédérale aux avis de cotisation reçus.

L’Agence du revenu du Canada s’est dite d’avis que le recouvrement des sommes pourrait être compromis et a donc demandé à la Cour de pouvoir saisir d’urgence certains biens reliés à Parenteau.

Aucun paiement reçu

Une ordonnance a été rendue en juillet, autorisant le fisc à prendre des mesures de recouvrement. 

La Cour a émis un certificat attestant que Parenteau est endetté à hauteur de 24,7 millions de dollars envers le fisc. 

Malgré ces démarches, «aucun paiement n’a été reçu», souligne l’Agence du revenu du Canada.

L’AFFAIRE EN BREF

2001 : Louis Parenteau, un ancien vice-président du Cirque du Soleil, prend la tête du groupe Dragone.


2008 : Louis Parenteau et Franco Dragone cessent d’être associés, après une dispute. Un partage des actifs est organisé par le biais d’une société offshore.

 
2013 : Franco Dragone et Louis Parenteau sont visés par une enquête pénale en Belgique, selon le journal belge Le Vif.


2015 : Des propriétés et des actifs reliés à Louis Parenteau sont cédés à des fiducies.


2021 : L’Agence du revenu du Canada émet des avis de cotisation à l’endroit de Louis Parenteau pour des revenus dissimulés estimés à plus de 100 millions $.  

De luxueuses maisons et un magot transférés dans des fiducies

Une des propriétés cédées à des fiducies par Louis Parenteau, à Lac-Brome, en Estrie.
Photo Martin Chevalier
Une des propriétés cédées à des fiducies par Louis Parenteau, à Lac-Brome, en Estrie.

Louis Parenteau aurait cédé à deux fiducies des actifs d’une très grande valeur et trois propriétés au Québec, quand il a commencé à sentir la soupe chaude, selon le recours de l’Agence du revenu du Canada.

Deux propriétés acquises à Lac-Brome, en Estrie, pour plus de 600 000 $ chacune en 2009 et 2013 ont été cédées, de même qu’une maison à Outremont évaluée à 1,7 million $ en 2018.

«Le demandeur soumet que ces donations ont été effectuées dans le but de mettre les actifs de Parenteau à l’abri de ses créanciers, en particulier les autorités fiscales», allègue l’ARC dans sa demande.

Selon l’ARC, les fiducies dont Parenteau est bénéficiaire et une compagnie à numéro ne sont rien d’autre que des alter ego de l’avocat. 

En effet, Parenteau se décrit comme le «propriétaire» des actifs au nom des fiducies de dans un document émanant de la Banque Royale, souligne le fisc.

Insolvable

L’ARC allègue que Parenteau est maintenant insolvable. «Ses actifs présents sont insuffisants pour payer sa dette fiscale», soutient le fisc.

Dans la procédure, le nom de Hyman Jaimes Himan apparaît en qualité de fiduciaire des fiducies reliées à Parenteau. Il s’agit d’un ancien associé du cabinet Ernst & Young à Montréal. 

Son nom apparaissait sur une liste de 41 inculpés en Belgique, mais le ministère public belge a déterminé dans son cas qu’il n’y avait pas lieu de poursuivre.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.