/news/health
Navigation

De petits miracles de la médecines: une histoire miraculeuse et tragique à la fois

Maddison Marceau
Photo courtoisie Maddison est née à seulement 23 semaines et 3 jours de grossesse, en novembre 2021. Ses parents, Mandy Tremblay et Mathieu Marceau, sont fiers de leur petite combattante.

Coup d'oeil sur cet article

La petite Maddison incarne toute la fragilité et la beauté de la vie après une naissance beaucoup trop prématurée qui a provoqué des montagnes russes d’émotions chez ses parents, à la fois comblés de bonheur et endeuillés du décès de sa sœur jumelle.  

• À lire aussi: De petits miracles de la médecines: prématurés en meilleure santé

L’enfant âgée de 8 mois a passé les cinq premiers mois de sa vie à l’hôpital.
Photo courtoisie
L’enfant âgée de 8 mois a passé les cinq premiers mois de sa vie à l’hôpital.

« C’est un petit miracle, elle est impressionnante », confie Mandy Tremblay, fière de sa fille Maddison, âgée de 8 mois. 

Assise bien droite sur son père, l’enfant au regard curieux ne laisse pas présager de signes de prématurité ou de problèmes de santé. Et pourtant, elle revient de loin.  

« Ça laisse des marques. Elle va mieux, mais on a du chemin à faire avant de bien vivre ça », avoue la mère, qui est infirmière aux soins intensifs. Tant que tu n’es pas passé par là, tu ne sais pas ce que c’est. » 

Comme une « bombe »

Pour ce couple originaire de Chibougamau, au Nord-du-Québec, la dernière année a fait place à de grandes joies, mais aussi de grandes peines. Enceinte de jumelles, la femme de 33 ans a reçu une « bombe » lors de l’échographie de mi-parcours, à 20 semaines de grossesse. 

Son col était aminci et déjà dilaté. Dès leur arrivée au Centre hospitalier de l’Université Laval, à Québec, le pronostic était sombre.

« On nous a dit : “vous allez perdre vos filles, elles ne sont pas viables” », raconte le père, Mathieu Marceau. 

Pour ce couple « terre à terre », il n’était pas question de forcer les choses. 

« On s’est toujours dit : “on va leur donner une chance, mais on ne veut pas s’acharner. Pas au détriment de leur santé” », souligne le conseiller automobile.

« Ton monde s’écroule »  

Une batterie de tests a confirmé que les bébés étaient en santé, et un cerclage d’urgence a été fait pour refermer le col. Mais après trois semaines, le travail a repris. Les chances de survie étaient alors de 30 %. 

« On ne peut pas être prêts pour ça. Les médecins parlent, mais tu n’entends plus. T’essaies juste de te raccrocher au pourcentage, mais ton monde s’écroule », confie le père de 36 ans. 

Grâce à des injections de médicaments avant la naissance, les jumelles ont bénéficié des meilleurs soins possibles. Maddison et Olivia sont nées le 23 novembre 2021, à 23 semaines et 3 jours de grossesse. 

La date prévue d’accouchement était le 19 mars 2022. Heureusement, les petites qui pesaient à peine 600 grammes (1,3 lb) respiraient seules. Maddison avait toutefois plus de difficultés que sa sœur aînée. 

« Olivia pétait des scores. Elle a ouvert les yeux après trois jours », relate M. Marceau. 

Laisser aller un enfant  

Or, au bout de six jours, tout a basculé en l’espace de 30 minutes. 

« Ses intestins étaient tout nécrosés, explique la mère. Ça aurait été de l’acharnement. On a pris cette décision-là pour elle, pas pour nous. On l’a laissée partir. » 

« Ce qui a été dur dans notre cas, c’est qu’on a perdu le bébé qui allait le mieux. Tu continues d’y croire pour l’autre bébé, mais une partie de toi a vraiment peur. »

Les parents de Maddison Marceau ont dû attendre un mois et demi avant de pouvoir la prendre dans leurs bras, afin d’éviter les infections.
Photo courtoisie
Les parents de Maddison Marceau ont dû attendre un mois et demi avant de pouvoir la prendre dans leurs bras, afin d’éviter les infections.

Serpents et échelles 

Après trois mois, les médecins ont confirmé que Maddison était « sortie du bois ».

« C’est comme un jeu de serpents et échelles. Tu penses que t’es rendu à la fin, et tu retombes à la première case, compare M. Marceau. Le matin, elle va bien, et l’après-midi, elle crashe. Ça a été comme ça durant cinq mois. » Le 15 avril, la famille est finalement rentrée à la maison. Tube à gavage, oxygène, médication : la réalité du bébé prématuré continue de les suivre au quotidien. Or, Maddison ne laisse pas présager de handicap ou de séquelles majeures. « C’est un miracle qu’elle soit autant en santé, pense M. Tremblay. On a une histoire tragique, mais miraculeuse en même temps. On se raccroche au fait qu’on pourrait être deux, mais on est trois. » 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.