/news/coronavirus
Navigation

Vaccination: cibler les gens à risque plutôt que toute la population, proposent des experts

Vaccination Université Laval
Photo d’archives, Pierre-paul Biron

Coup d'oeil sur cet article

Les prochaines campagnes de vaccination contre la COVID-19 devront davantage cibler les gens à risque de complications, croient des experts qui constatent une lassitude chez les citoyens qui n’écoutent plus le discours de prévention.

• À lire aussi: Nouvelle campagne de vaccination massive au Québec dès la fin août

• À lire aussi: Élection provinciale: la Santé publique demeure indépendante, assure Legault

«On ne peut pas vacciner la population de façon continuelle, croit le Dr Karl Weiss, épidémiologiste-infectiologue à l’Hôpital général juif de Montréal. Il va falloir instaurer une vaccination à géométrie variable.» 

«Ça va prendre une stratégie pour la population à risque», pense aussi l’épidémiologiste Kevin L’Espérance. 

Mardi, le gouvernement du Québec a lancé une campagne pour la quatrième dose de vaccin contre la COVID-19. 

Un ras-le-bol

Or, plusieurs spécialistes constatent une fatigue dans la population, et croient que la stratégie doit être revue. 

En fait, plusieurs citoyens qui ont eu deux ou trois doses de vaccin, et qui ont quand même eu la COVID-19 sans être très malades, ne voient pas l’intérêt d’une nouvelle dose.

«Il y a des gens qui n’écoutent plus. Il y a ce ras-le-bol, constate Bryn Williams-Jones, directeur de l’école de santé publique de l’Université de Montréal. Il faut changer le discours.» 

Selon eux, des campagnes de vaccination ciblées pour les gens à risque (âgés, malades, etc.) seraient davantage efficaces dans l’avenir, plutôt que de convaincre tout le monde de se faire inoculer chaque fois.  

«Pour continuer à être efficace, on a besoin de bien identifier les gens à risque, et les rejoindre», dit M. Williams-Jones, qui déplore les coupes dans les budgets de santé publique depuis des décennies. 

-Écoutez Dr Karl Weiss, microbiologiste et spécialiste en maladies infectieuses à l'Hôpital général juif de Montréal en entrevue avec ASlexandre Dubé:

Pas pareil ailleurs 

D’ailleurs, plusieurs pays ne suggèrent la dose de rappel qu’aux gens de 50 ans et plus, a recensé Le Journal. Pourtant, ces pays utilisent les mêmes vaccins qu’ici. 

Vaccination Université Laval
Photo Pierre-Paul Poulin

«Le manque de cohérence est un problème, et ça nuit à la confiance du public parce qu’on ne comprend pas, croit M. Williams-Jones. Pour que les gens embarquent dans un processus, il faut comprendre.» 

Petit rappel: la quatrième dose protège contre la forme grave de la maladie, mais elle n’empêche pas les gens d’attraper la COVID-19. 

À ce sujet, le Dr Weiss croit que les gens de moins de 60 ans en bonne santé qui ont déjà reçu deux ou trois doses de vaccin (en plus d’avoir la maladie) n’ont pas besoin de recevoir la quatrième dose immédiatement. 

«Ces gens-là ont une protection contre la maladie sévère pour un certain temps», croit le spécialiste, qui préconise l’attente du nouveau vaccin bivalent plus efficace dans quelques mois. 

Or, une spécialiste en santé publique qui étudie la COVID longue insiste sur l’importance des doses de rappel.

«Par principe de précaution, il vaut mieux vacciner toute la population, dit Roxane Borgès Da Silva. Les risques collectifs et la COVID longue, on n’en parle pas assez.»

- Avec la collaboration de Charles Mathieu, Agence QMI.


CANADA

Ontario

►Personnes âgées de 18 ans et plus 

Québec

► Personnes âgées de 18 ans et plus 

Manitoba 

► Personnes âgées de 50 ans et plus 

► Personnes issues de communautés autochtones âgées de 30 ans et plus 

Alberta  

► Personnes âgées de 18 ans et plus 

Saskatchewan 

► Personnes âgées de 18 ans et plus

Colombie-Britannique 

► Personnes âgées de 70 ans et plus 

► Personnes issues des communautés autochtones âgées de 55 ans et plus 

Île-du-Prince-Édouard  

► Tout le monde âgé de 12 ans et plus 

Nouveau-Brunswick 

► Personnes âgées de 18 ans et plus 

Terre-Neuve- et-Labrador  

► Personnes âgées de 50 ans et plus  

Nouvelle-Écosse 

► Personnes âgées de 50 ans et plus  

Yukon 

► Personnes âgées de 18 ans et plus 

Nunavut 

► Personnes âgées de 18 ans et plus 

Territoires du Nord-Ouest

► Personnes âgées de 50 ans et plus 

ÉTATS-UNIS

► Personnes âgées de 50 ans et plus

BRÉSIL

► Personnes âgées de 50 ans et plus

CHILI 

► Personnes âgées de 18 ans et plus

ROYAUME-UNI  

► Personnes âgées de 50 ans et plus 

FRANCE

► Personnes âgées de 60 ans et plus 

CORÉE DU SUD

► Personnes âgées de 50 ans et plus 

AUSTRALIE 

► Personnes âgées de 30 ans et plus 

► Personnes âgées de 50 ans et plus 

Sources : Médias, sites Web gouvernementaux

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.