/news/green
Navigation

Dérogations environnementales: 13 entreprises présentes dans l’Est-du-Québec

Coup d'oeil sur cet article

Treize entreprises dans l’Est-du-Québec ont obtenu une dérogation aux normes environnementales en vigueur, selon une liste rendue publique par le cabinet du ministre de l’Environnement, qui en compte 89 dans la province. 

• À lire aussi: Dérogations environnementales: 11 usines du Saguenay-Lac-Saint-Jean sur la liste

• À lire aussi: Dérogations environnementales: la Fonderie Horne est un cas isolé, assure Benoit Charette

De ces 13 entreprises, trois ont soutenu ne bénéficier d’aucun privilège de Québec.

L’usine Alcoa à Baie-Comeau, Arcelor Mittal à Port-Cartier et l’Aluminerie Alouette à Sept-Îles ne comprennent pas leur présence sur cette liste.

Ces compagnies ont affirmé avoir en leur possession une attestation d’assainissement qui précise les paramètres auxquels ils doivent se fier, et non, une autorisation ministérielle.

«Aucune clause grand-père ou assouplissement n’y sont présent. Aucun critère d’émission n’est plus permissif que les normes règlementaires», a écrit Aluminerie Alouette dans un communiqué.

«Dans certains cas, il y a des compagnies qui ne sont plus en opération, d’autres ont changé la nature de leurs opérations, donc c’est des précisions qui seront apportées dans les prochains jours», a réagi le ministre de l’Environnement, Benoit Charette.

Cette liste regroupe des entreprises qui sont autorisées à dépasser le seuil maximum, mais cela ne veut pas nécessairement dire qu’elles le dépassent.

D’autres compagnies sur cette liste voient leur production être arrêtée depuis quelques années. Quant à l’usine Smurfit-Stone, elle est fermée depuis 2005.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.