/news/politics
Navigation

Un commerçant peut refuser les gais ou des minorités, selon un candidat conservateur

Éric Duhaime
Photo d'archives, Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

À la fois homosexuel et libertarien, le candidat conservateur Dr Roy Eappen affirme que les commerçants devraient avoir le droit de refuser l’accès à leurs établissements aux gais et aux minorités visibles.

• À lire aussi: Duhaime doit clarifier la position de son parti sur les armes dans les écoles, estime la CAQ

• À lire aussi: Duhaime d’abord contre l’agrandissement de Dawson... mais maintenant?

«Je ne crois pas que c’est une bonne idée pour le gouvernement de légiférer sur de telles choses, non», confirme le candidat du Parti conservateur du Québec, en entrevue avec notre Bureau parlementaire. 

Le Dr Eappen avait d’abord tenu de tels propos dans un article du magazine américain Salon, en 2014, au moment où un projet de loi en Arizona devait permettre aux commerçants d’invoquer leurs convictions religieuses pour interdire l’accès à certains groupes. Le projet de loi a finalement été bloqué. 

Lui-même gai et d’origine indienne, le Dr Eappen précise qu’il serait «stupide» pour un commerce de discriminer des clients. Mais il défend ce droit en raison de ses convictions «libertariennes». 

«Je pense que c’est une mauvaise idée de le faire et je ne crois pas que la plupart des entreprises le feraient, parce que ça les mènerait à la faillite. Le marché va décider. S’il y avait une telle entreprise, je n’irais pas», confie-t-il, dans une entrevue en anglais. 

  •  Écoutez la chronique de Nic Payne au micro de Marc-André Leclerc sur QUB radio : 

Droit de discriminer à l’embauche

Le même raisonnement s’applique à l’embauche: un employeur devrait avoir le droit de discriminer, croit le Dr Eappen. 

Selon lui, il serait toutefois socialement inacceptable de le faire aujourd’hui. Mais il ne croit pas que les lois soient responsables de ces avancées sociales. 

«C’est beaucoup plus que ça, ce sont des changements sociaux. Les lois suivent les gens. Elles viennent après, pas avant. L’attitude de la société a changé», affirme celui qui tentera de se faire élire dans Notre-Dame-de-Grâce. 

«Je crois que c’est ainsi que ça devrait fonctionner: on devrait parler avec les gens et les convaincre. C’est comme ça que les choses évoluent», estime-t-il. 

Endocrinologiste et professeur affilié à l’Université McGill, il prend son parcours en exemple. «Je n’ai pas besoin de l’aide des autres pour réussir. Je m’en suis bien tiré par moi-même», lance-t-il. 

Le PCQ se dissocie

Au PCQ, on s’est rapidement distancié des prises de position du candidat. 

«Le Dr Roy Eappen a tenu ces propos en 2014, ceux-ci ne représentent aucunement les valeurs du Parti conservateur du Québec, et ce dernier n’a aucune intention d’ouvrir ce débat comme candidat pour nous», affirme l’attaché de presse du chef Éric Duhaime, dans une déclaration écrite. 

«Nous croyons que la liberté d’expression est fondamentale dans une société démocratique. Il fait lui-même partie d’une minorité visible ; l’important c’est qu’il n’ait pas fait appel à la violence et n’ait pas tenu un discours haineux envers celles-ci», ajoute-t-il.

  • Ne ratez pas l'émission d’Alexandre Moranville tout l'été dès 9h, en direct ou en balado à QUB radio :

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.