/sports
Navigation

Sports extrêmes: une hausse de popularité, même au Québec

Sports extrêmes: une hausse de popularité, même au Québec
Dario Ayala / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les sports extrêmes ont souvent été perçus d’un mauvais œil par le public, mais cette vision semble être en voie de changer, surtout en raison de l’arrivée de certains de ces sports aux Jeux olympiques, dont la planche à roulettes et le BMX.

La grande majorité des acteurs dans ces disciplines sont d’ailleurs plus que satisfaits de l’arrivée de leurs sports sur la plus grande scène sportive internationale, eux qui ont été introduits à Tokyo.

«C’est vraiment une super bonne opportunité de mettre de l’avant notre sport, qui est des fois reconnu un peu comme un sport de bums, comme le skateboard, a d’abord admis Jeffrey Whaley, un spécialiste de BMX qui participera pour la première fois au festival Jackalope, qui met en valeur plusieurs sports extrêmes et qui se tient en fin de semaine, à l’Esplanade du Parc olympique de Montréal.

«Ce sont des sports de rue, des sports urbains, qui ont une mauvaise réputation. [On pense à] des ados qui traînent dans un skatepark et ne font pas grand-chose. Ç’a permis de mettre de l’avant que, non seulement c’est un sport de compétition, mais un sport vraiment intéressant au niveau visuel pour tout le monde, que ce soit papa, maman, les grands-parents, les enfants.»

«Ça donne une meilleure image du skate au niveau public. Les villes sont donc plus intéressées à construire des skateparks, faire des cours de skate, rendre le sport plus accessible, a ajouté le spécialiste de skateboard Julien Gagnon, qui, pour sa part, a participé à chacune des éditions du Jackalope depuis sa création. Ça donne aussi une meilleure vision du sport, parce que c’est un sport de rue, c’était moins accepté dans la société, donc je trouve que c’est une bonne chose que ce soit aux Olympiques, ça démocratise le sport.»

Mieux encadrer ces sports

Si les Jeux olympiques ont permis de fournir une meilleure image des sports extrêmes, la pandémie, elle, aura permis à plusieurs jeunes de se trouver une nouvelle passion.

Autant Gagnon que Whaley ont remarqué une hausse de la pratique de leur sport parmi les jeunes dans les dernières années. Toutefois, pour devenir des puissances dans ces disciplines, les jeunes devront être mieux encadrés, estiment les deux athlètes. Il y a toutefois de l’espoir.

«Je pense qu’au Québec et au Canada, on tire de la patte au niveau de l’encadrement des équipes, des skateparks pour s’entraîner, sauf qu’on travaille pour remonter un programme canadien, a avoué Whaley, qui a mentionné qu'il était en discussion avec Cyclisme Canada pour monter ce nouveau programme. Si on y met le temps et l’énergie, c’est clair qu’il y a une relève.»

«Avec l’ouverture de plusieurs centres sportifs au Québec, on voit l’ouverture du Adrénaline Urbaine, un écocentre sportif à Trois-Rivières, c’est sûr qu’il y a un futur pour la planche à roulettes et d’autres sports comme ça. Oui, il y a beaucoup de monde qui transfère dans d’autres provinces, mais on a de plus en plus de skateparks qui se développent au Québec. À Montréal, on en a deux ou trois projets juste cet été.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.