/lifestyle/books
Navigation

Un parcours littéraire occupé et diversifié !

Alexandra Larochelle (auteure)
Photo Melany Bernier Alexandra Larochelle

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le mois de mars, Alexandra Larochelle a présenté pas moins de quatre livres. Naviguant entre la romance, la comédie et l’aventure, le parcours littéraire de la jeune auteure qui a publié son premier roman à 10 ans continue d’impressionner, 19 ans plus tard !

Alexandra, où en êtes-vous avec vos mille et un projets d’écriture ?

(Rires) Je viens de terminer l’écriture du tome 6 de ma série Premier rendez-vous. Ensuite, j’ai droit à des vacances d’un mois, puis à mon retour, je me lancerai dans la rédaction du tome 2 de Jusqu’à ce que ça fasse bang. Sa parution est prévue pour le printemps ou l’été 2023. Sinon, le tome 7 de Trucs de peur sortira cet automne et même chose pour le tome 2 de ma nouvelle série Les grandes aventures de Mini-Jean et Mini-Bulle

On peut dire que votre vie est pas mal consacrée à l’écriture !

Mon quotidien, c’est de l’écriture, puis l’animation de conférences, souvent dans des écoles. Honnêtement, je ne pourrais pas être plus à ma place ! Je ne pensais pas arriver à faire ça à temps plein aussi tôt dans ma vie. C’est exactement ce que j’aime le plus ; rencontrer mes lecteurs et écrire. Pouvoir vivre de ça, c’est le meilleur des mondes !

Alexandra Larochelle (auteure)
Photo courtoisie

Vous dites « aussi tôt » dans votre vie, mais ça fait quand même longtemps que vous baignez là-dedans !

Ça fait 19 ans que j’exerce ce métier, mais je trouve ça incroyable d’avoir le loisir de choisir, de devoir dire non à certains projets pour choisir ceux qui m’intéressent le plus.

Votre plus récent roman Jusqu’à ce que ça fasse bang aborde les relations toxiques. Son titre et son récit contiennent cependant plusieurs éléments liés au cosmos... Est-ce quelque chose qui vous fascine ?

Complètement. Au début de ce livre, dans la carte que Maélia – le personnage principal – remet à ses parents, elle écrit : « Je vous aime jusqu’à ce que ça fasse bang ». Je disais ça à mes parents ! Pour moi, l’infini a toujours été un concept fascinant. Je me disais que l’univers devait bien se terminer quelque part. J’imaginais cette fin, qui prenait la forme d’un mur de béton. On pouvait monter au-dessus de la planète et de la galaxie et à un certain moment, on allait se frapper la tête sur le mur de béton et ça ferait « bang » ! Pour moi, « Je t’aime jusqu’à ce que ça fasse bang » signifiait que je t’aime jusqu’à ce que je me pète la tête aux confins de l’univers (rires) ! Dans le contexte de ce roman, on peut faire de nombreuses interprétations de cette phrase, par exemple, aimer jusqu’à ce que ça fasse mal.

À travers vos nombreux romans, vous touchez à plusieurs styles littéraires. Pour écrire l’histoire de votre vie, quel style choisiriez-vous ?

J’alternerais entre plusieurs styles. C’est ça qui me permet de garder ma créativité active, alors cette notion de variété resterait. Et je pense que ça serait drôle. J’ai quand même une vie drôle avec beaucoup d’anecdotes !

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.