/news/health
Navigation

Patients sans médecin de famille: l'efficacité du nouveau système inégale selon la région

Certains attendent longtemps pour avoir un rendez-vous grâce au Guichet d’accès à la première ligne

Young woman patient with a senior gynecologist during the consultation in the gynecological office
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

L’efficacité du nouveau système de rendez-vous pour les patients orphelins varie énormément d’une région à l’autre, et les citoyens de la Rive-Nord de Montréal sont nettement moins bien desservis que les autres, a constaté Le Journal.

• À lire aussi: Incapable d’avoir un rendez-vous pour sa fille malade

• À lire aussi: Comment relancer le réseau de la santé?

• À lire aussi: 288 000 Québécois supplémentaires inscrits à un groupe de médecine de famille

Mis en place au début juin, le Guichet d’accès à la première ligne, appelé GAP, sert à offrir des consultations aux Québécois sans médecin de famille. 

Au moyen d’une ligne téléphonique régionale, une agente administrative dirige le patient vers un professionnel, selon son besoin. Or, l’efficacité est inégale selon la région, comme l’indiquent les chiffres du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

6 % contre 100 %

Dans Lanaudière, seulement 6 % des demandes avaient été traitées en 36 heures ou moins (86 sur 1506), le 6 août dernier. Il s’agit du délai évoqué plusieurs fois par le ministre de la Santé Christian Dubé et d’une mesure phare de sa réforme en santé.

Or, le MSSS précise qu’une demande traitée signifie seulement que l’évaluation est terminée. Cela signifie que le patient sait où aller et qu’un rendez-vous a été donné, si pertinent, mais pas qu’il a vu un médecin.

«6 %, c’est terrible», réagit la Dre Lyne Couture, présidente de l’Association des médecins omnipraticiens des Laurentides-Lanaudière. 

Dans la région voisine des Laurentides, ce sont seulement 36 % des demandes qui sont traitées en 36 h. À l’opposé, 100 % des demandes respectaient ce délai à Montréal et dans Chaudière-Appalaches. 

D’ailleurs, le système devant accélérer l’accès à la première ligne n’aide pas tout le monde à la même vitesse. Une mère de l’Outaouais n’a pas réussi à avoir un rendez-vous pour sa fille malade après un mois (voir autre texte plus bas).

Selon la Dre Couture, des ratés informatiques et administratifs expliquent la faible performance. 

«On passe par le téléphone et le fax pour contourner les problèmes du HUB [système informatique]. On ne veut pas laisser des plages vides», dit-elle.

Par ailleurs, elle constate que le manque de personnel au GAP «fait sérieusement mal»: «Je ne les blâme pas. Le problème, c’est qu’ils sont peu nombreux», poursuit-elle. 

Médecin dans les Laurentides, Simon-Pierre Landry remarque aussi que sa région a un manque chronique d’effectifs. 

«Est-ce qu’ils ont le personnel pour traiter toutes ces demandes-là?», demande-t-il. Il a été surpris de voir sa clinique de Mont-Tremblant recevoir des patients de Mirabel avec le GAP, ce qui représente environ 1 h de voiture pour s’y rendre. 

Le MSSS évoque aussi «un volume de demandes excédant la capacité de traitement».

- Écoutez Dre Lyne Couture, présidente de l'Association des médecins omnipraticiens Laurentides-Lanaudière en entrevue avec Alexandre Dubé sur QUB radio :

Demande qui double

La demande pour le guichet a plus que doublé depuis mai, passant de 3878 à 9489 requêtes par semaine. 

Le nombre de patients du GAP référés vers un médecin de famille varie d’une région à l’autre, constate la FMOQ. Par endroits, environ 40 % des patients voient un médecin, mais le chiffre grimpe à 67 %, en Montérégie. 

«On est en investigation», dit le président de la FMOQ, le Dr Marc-André Amyot, qualifiant aussi d’«ambitieux» l’objectif d’implanter à 100 % le GAP au 1er septembre. Les deux tiers des territoires sont actuellement fonctionnels (61 sur 92).  

COMMENT ÇA MARCHE, LE GAP ?

  • En ce moment, seuls les patients orphelins qui reçoivent une lettre les invitant à communiquer avec le GAP peuvent le faire, aux coordonnées téléphoniques indiquées sur la lettre. 
  • Actuellement, plus de 710 000 personnes ont reçu une invitation, ce qui correspond à plus de 60 % de la population visée.
  • Au 1er septembre, tous les citoyens inscrits au Guichet d’accès à un médecin de famille (GAMF) et inscrits à un groupe de médecins de famille pourront rejoindre le GAP de leur territoire. Les coordonnées seront alors disponibles pour le grand public.
  • Les appels sont reçus et traités par une agente administrative.  
  • Si une évaluation infirmière est requise, l’infirmière rappelle le patient dans un délai bref, mais variable, selon le volume de demande et le niveau de priorité. 
  • Un rendez-vous chez le médecin n’est pas garanti. Le GAP vise plutôt le bon soin, au bon moment et au bon endroit.
  • Le professionnel de la santé chargé de faire une évaluation peut rediriger le patient vers un pharmacien, un travailleur social, un physiothérapeute, par exemple.
  • En cas d’urgence grave, il faut toujours appeler le 9-1-1.

Source : MSSS

DEMANDES TRAITÉES EN 36 HEURES ET MOINS

  • Lanaudière 6 %
  • Mauricie 35 % 
  • Laurentides 36 %
  • Abitibi-Témiscamingue 60 %
  • Côte-Nord 83 %
  • Capitale-Nationale 92 % 
  • Estrie 92 % 
  • Saguenay–Lac-Saint-Jean 95 % 
  • Montérégie 95 %
  • Outaouais 97 %
  • Bas-Saint-Laurent 98 % 
  • Laval 98 %
  • Chaudière-Appalaches 100 %
  • Montréal 100 %
  • Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine N/A 

Moyenne de l’ensemble des demandes au Québec 72 % 

Source : MSSS, données en date du 6 août 2022

NDLR : Aucune demande récente n’avait été faite en Gaspésie 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.