/news/society
Navigation

Fermeture de la seule résidence pour aînés à Sainte-Monique-de-Honfleur

Fermeture de la seule résidence pour aînés à Sainte-Monique-de-Honfleur

Coup d'oeil sur cet article

La seule résidence pour aînés dans la municipalité de Sainte-Monique au Lac-Saint-Jean, l'Auberge du bon temps, est contrainte de fermer ses portes après une vingtaine d’années d'opérations.

Dépourvue d’aide financière de la part du gouvernement, la seule résidence pour personnes âgées de la municipalité de Sainte-Monique doit mettre la clé sous la porte d’ici décembre.

«Ce qui s’en vient c’est toujours difficile parce que c’est des gens qu’on connait, ce sont des gens qu’on aime qui demeurent là», admet le maire de la municipalité d’environ 850 habitants, Mario Desbiens.

«Présentement la situation financière de l’auberge n’est pas bonne avec autant de logements vacants actuellement. Sans support gouvernemental, c’est difficile de joindre les deux bouts. Il y a l’annonce des gicleurs qui s’en vient dans quelques années. Cela met beaucoup de pression sur l’organisation aussi», constate le directeur général de la fédération régionale des organismes sans but lucratif d’habitation (FROH), Michel St-Gelais.

Le gouvernement Legault a repoussé l’installation obligatoire de gicleurs dans toutes les RPA du Québec à décembre 2024. Il y a deux ans, la soumission pour en faire l’installation à l’Auberge du bon temps était d’environ 250 000$. Le gouvernement leur offre une subvention pour aider à payer les coûts d’environ 5000$ par chambre, ce qui représente un total de près de 100 000$.

Sur une vingtaine de chambres occupées, presque la totalité [des occupants] a quitté. À l’heure actuelle, quatre résidents sont toujours présents et tentent de trouver un autre endroit.

«Le stress embarque, la date limite approche. On travaille avec le CIUSSS et les autres municipalités autour pour essayer de trouver des endroits, mais ce n’est pas évident. [...] C’était des loyers à prix modiques. Est-ce qu’on va trouver le même rapport qualité-prix? Ce ne sera pas le cas pour tous les résidents», a dit Michel St-Gelais.

D’autres résidences sur respirateur artificiel

Michel St-Gelais mentionne que plusieurs résidences membres de la fédération régionale des organismes sans but lucratif de l’habitation sont en mode survie.

C’est le cas de plusieurs RPA situées dans les petites municipalités près du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le complexe communautaire Grandmont de Saint-Gédéon craint de fermer si rien ne change.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.