/entertainment/movies
Navigation

Un documentaire sur la grande illusion du projet «Lovaganza»

Un documentaire sur la grande illusion du projet «Lovaganza»
PHOTO COURTOISIE Québecor Contenu

Coup d'oeil sur cet article

Cette trilogie cinématographique hollywoodienne réalisée par un couple de Québécois aurait pu éradiquer la faim dans le monde et rendre tous les enfants égaux. Mais elle a plutôt laissé sans le sou près de 650 personnes, en plus de mener à de nombreux chefs d’accusation visant les protagonistes dans cette affaire.

• À lire aussi: Mise en garde de l'Autorité des marchés financiers concernant les projets Lovaganza et JF&G

• À lire aussi: Projet Lovaganza: l’AMF dépose 247 chefs d’accusation contre six personnes

Financé par quelques centaines d’investisseurs à qui on a promis des retombées économiques faramineuses, le projet «Lovaganza», visant à produire une série de films à grand déploiement ainsi qu’une chaîne humaine autour du monde, destinée à financer des projets humanitaires, n’aura finalement jamais vu le jour.

Vrai va diffuser sur sa plateforme à compter de mardi un documentaire sur les dessous de cette affaire, dans laquelle d’anciens employés, associés, investisseurs, ainsi que des journalistes qui ont couvert l’affaire et l’équipe de production californienne engagée pour tourner les films ont accepté de témoigner.

Le documentaire «Lovaganza: la grande illusion» révèle comment le stratagème a réussi à soutirer plus de 20 millions $ à 650 investisseurs ainsi que la manière assez surprenante dont opérait l’organisation. «Souvent au cours de la recherche on tombait en bas de notre chaise, a indiqué la réalisatrice Aude Leroux-Lévesque. Autant sur les détails entourant la supposée implication de Steven Spielberg que l’histoire de mentorat», a-t-elle dit.

Au Québec, le couple formé de Mark-Érik Fortin et de Karine Lamarre, qui a plaidé coupable à 79 chefs d’accusation il y a cinq ans et dont les procédures judiciaires s’étirent depuis, avait la charge de solliciter les investisseurs. Avec la compagnie One land Corporation, ils ont récolté puis transféré des millions de dollars au couple de «producteurs, scénaristes et réalisateurs» Jean-François Gagnon et Geneviève Cloutier à Hollywood. Le couple Gagnon-Cloutier menait de son côté un train de vie extravagant, digne des vedettes.

La parole aux victimes

Débuté juste avant la pandémie, il a fallu deux ans à Aude Leroux-Lévesque et Sébastien Rist pour recueillir les témoignages des victimes, d’ex-employés et de l’équipe technique de la production californienne, pour leur documentaire.

«Ça a pris du temps, mais il fallait le faire. Il n’y avait pas d’autres manières de travailler pour valider [les informations], s’assurer que tout corroborait, qu’on avait les bons témoignages à l’écran», a d’abord expliqué Sébastien Rist.

«[Les témoignages de l’équipe de Los Angeles] nous ont aidés à combler un grand vide pour beaucoup de personnes, dont les victimes et les employés. Quand ils ont su qu’on avait contacté les techniciens, ils avaient plusieurs questions parce qu’ils voulaient savoir si le film existait et ce qui c’était réellement passé avec l’argent amassé», a-t-il poursuivi.

Bien fait et captivant, le documentaire de Vrai offre une partie des réponses. Mais comme c’est le cas dans ce genre d’histoire, il reste encore quelques questions à élucider, comme «où sont allés les 24 millions», a ajouté Mme Leroux-Lévesque en entrevue avec l’Agence QMI.

Ça continue

Toujours impunis, Jean-François Gagnon et Geneviève Cloutier ne semblent pas avoir renoncé à leur projet de film. Après «Lovaganza», et leur autre projet «Je vois la vie comme ci», le couple s’est cette fois lancé dans une nouvelle affaire appelée «JF & G’s Terradisio» pour lequel un avant-goût les mettant en vedette dans les rôles principaux a été partagé sur leur site internet.

Sous forme de «behind de scene», on y voit le couple sur un plateau de tournage aux abords du lac de Côme en Italie (Lago di Como) expliquer son nouveau projet cinématographique, sans trop en dire sur l’histoire. Différents professionnels; photographe, directeur photo, costumière et professeure de ballet se succèdent pour vanter les prouesses techniques utilisées à la conception de ce long métrage, en plus de vanter les qualités du couple, qui est d’ailleurs toujours poursuivi par l’AMF.

«Lovaganza: la grande illusion» est à voir sur Vrai dès mardi.

  • Écoutez l’entrevue de Yasmine Abdefadel avec Pierre-Olivier Zappa sur QUB radio :

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.