/news/currentevents
Navigation

L’agenda d’un cégep propose d’abolir la police

Le Collège de Maisonneuve se dissocie de la publication

agenda-police
Photo tirée de Facebook Un texte à propos de l’abolition de la police se trouve dans les pages de l’agenda du Collège de Maisonneuve.

Coup d'oeil sur cet article

Des policiers s’insurgent qu’un texte publié dans l’agenda étudiant d’un cégep montréalais, qui offre la formation en technique policière, fasse la promotion de l’abolition de leur profession.  

• À lire aussi: Fusillades: «le sentiment de sécurité est affecté», reconnaît la mairesse

• À lire aussi: Deux meurtres en 30 minutes: pas question que Montréal devienne un «champ de tir», dit Legault

• À lire aussi: Deux meurtres en plein jour à 30 minutes d'intervalle à Montréal

Je trouve que c’est un message particulier alors que la population n’a jamais eu autant besoin de la présence policière », lance Dominic Ricard, président de l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec. 

M. Ricard est stupéfait de voir que la Société générale des étudiantes et étudiants du Collège de Maisonneuve (SOGEECOM) a publié un texte intitulé « Abolir la police, comment ça marche ? » dans l’agenda 2022-2023. 

Ce document rédigé par une association militante américaine soutient que « les flics ne préviennent pas la criminalité ».

« Au contraire, ils la provoquent sciemment par la violente destruction de nos communautés », peut-on lire. 

Agenda étudiant

Cet agenda est créé et financé par l’association étudiante et le Collège de Maisonneuve n’a pas de droit de regard. 

« Le collège se dissocie complètement de ce choix éditorial par rapport à l’article en question », affirme Émilie Laramée, porte-parole du cégep. 

La SOGEECOM croit néanmoins pouvoir continuer de défendre les droits des étudiants en technique policière. 

« On ne vient surtout pas critiquer les étudiants dans le programme, on vient critiquer les institutions de la police », précise Arthur Van Neste, délégué aux affaires externes de la SOGEECOM. 

Or, le texte mentionne que « le “travail” des forces policières consiste surtout en des contrôles routiers inutiles, l’arrestation de consommateurs de drogues non violents, le harcèlement des personnes noires et racisées ».

Dans une publication Facebook, la Fédération des policiers et policières municipaux du Québec dit qu’elle « ne laissera pas cette situation ainsi, dans un contexte où nous vivons du désengagement policier ».

De son côté, l’Association des directeurs de police du Québec trouve « désolant » de constater que l’article a été publié sans même qu’elle puisse donner son point de vue.

« [On] croit fermement que la fonction policière est essentielle au bon fonctionnement de notre société », soutient également l’Association. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.