/investigations/politics
Navigation

Évincé de Québec solidaire pour avoir dénoncé les wokes

Raphaël Fiévez a été exclu comme candidat aux prochaines élections

Raphaël Fiévez devait représenter le parti dans L’Assomption. Ses commentaires lors de partages sur Twitter n’ont pas été appréciés.
Photo Facebook, Raphaël Fiévez Raphaël Fiévez devait représenter le parti dans L’Assomption. Ses commentaires lors de partages sur Twitter n’ont pas été appréciés.

Coup d'oeil sur cet article

Un candidat de Québec solidaire ne pourra pas se présenter aux prochaines élections sous la bannière du parti, parce qu’il a commenté favorablement une chronique de Richard Martineau et qu’il a remis en question certaines positions sur l’identité de genre.

Raphaël Fiévez, un travailleur social de Montréal, a vu sa candidature dans la circonscription de L’Assomption être retirée, après des discussions avec le parti à la fin juillet.

Un échange de courriel entre lui et une responsable de la formation, dont nous avons obtenu copie, révèle que le partage sur Twitter de la chronique de Richard Martineau intitulée « Le racisme des wokes antiracistes », publiée en avril 2021 et qui portait sur un livre de Mathieu Bock-Côté, n’a pas été apprécié.

« Le problème n’est pas seulement le partage, mais le texte que tu as écrit en accompagnement », lui reproche la responsable du parti. 

 

M. Fiévez avait écrit : « Intéressant article qui met en garde contre ce mouvement grandissant dans divers milieux. Des pseudos vertueux ayant la révélation divine. »

La responsable accompagne aussi son courriel d’un autre partage de M. Fiévez. 

Il s’agit d’un article de février 2021 sur le ministre caquiste de l’Environnement, Benoit Charette, à qui on avait confié la lutte contre le racisme.

M. Fiévez avait écrit avec son partage : « Quelque chose me dit que les “wokes” vont critiquer cette nomination. »

 

Identité de genre

Quant à la prise de position de M. Fiévez sur l’identité de genre qui a déplu à Québec solidaire, elle avait été publiée en 2021 sur le site Dernière Heure, aujourd’hui disparu. M. Fiévez y écrivait : « Des militants “wokes” [voudraient] faire interdire des mots comme “femme”, “homme”, “fille”, “garçon”. »

« [Mais] nous ne naissons pas asexués. [...] Nous naissons, comme tous les animaux, mâles ou femelles. »

« Nous avons le choix, arrivé à l’âge de raison, d’accepter ce sexe donné ou non », concluait-il.

En entrevue avec notre Bureau d’enquête, M. Fiévez s’est dit déçu par la tournure des événements. 

« Québec solidaire dit qu’il souhaite la liberté d’expression et la diversité d’opinions, mais si on est un peu divergent ou nuancé, alors ça ne cadre pas avec eux. »

Il annule son membership

M. Fiévez est à ce point désappointé qu’il a annulé sa carte de membre du parti. 

« Les valeurs de base de Québec solidaire me rejoignent. [...] Mais après avoir vu comment ça fonctionne à l’interne, je suis pas mal déçu. »

Appelée à réagir, la formation politique a indiqué dans une déclaration par courriel que la candidature de M. Fiévez avait soulevé des doutes lors de la vérification de ses antécédents.

« Des doutes ont émergé quant à son adhésion aux valeurs de Québec solidaire au cours dudit processus », écrit Rosanne Labelle, coordonnatrice adjointe du parti.

M. Fiévez n’était donc pas la bonne personne, ajoute-t-elle, « pour représenter le parti dans la circonscription de L’Assomption. » 

 

– Avec la collaboration de Marie Christine Trottier

  • Écoutez la réaction de Richard Martineau au micro de Yasmine Abdelfadel sur QUB radio :

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.