/news/society
Navigation

Une œuvre de Riopelle retrouvée

La première des quatre œuvres dérobées dans l’atelier de l’artiste québécois en 2005 a été récupérée par la police

Coup d'oeil sur cet article

Une œuvre de Jean Paul Riopelle vantée pour son caractère « précieux » et « unique » a été retrouvée à Mirabel, 17 ans après avoir été volée avec trois autres pièces qui restent introuvables.

La Sûreté du Québec a annoncé vendredi avoir récupéré l’œuvre lors d’une perquisition menée par les enquêteurs du Service des enquêtes sur les crimes économiques, le 20 juillet dernier, dans une résidence de Mirabel.

Cette perquisition pourrait permettre d’élucider ce dossier de vol de plusieurs dizaines de milliers de dollars perpétré dans l’atelier de l’illustre peintre québécois, en 2005, à Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson dans les Laurentides,

Selon l’ex-sergent-détective spécialisé dans le vol d’art Alain Lacoursière, un voisin avait à l’époque été alerté par le système d’alarme avant que les voleurs aient pu atteindre les œuvres majeures.

Selon nos sources, l’information ayant mené à la perquisition à Mirabel serait venue d’un membre du public.

« Unique »

Dans un communiqué publié vendredi, la SQ parle d’une lithographie, mais, selon le galeriste Simon Blais, qui a participé à l’expertise de cette œuvre peu après sa découverte, il s’agit vraiment de ce qu’on peut appeler une œuvre originale.  

« C’est en fait une acrylique réalisée sur une estampe des années 1970, une technique à laquelle s’est souvent adonné Riopelle dans les années 1980 », nous a expliqué M. Blais, estimant que cette œuvre vaut une vingtaine de milliers de dollars.

L’œuvre « unique » retrouvée par la Sûreté du Québec vaut environ 20 000 $ selon un expert.
Photo courtoisie, SQ
L’œuvre « unique » retrouvée par la Sûreté du Québec vaut environ 20 000 $ selon un expert.

De son côté, la spécialiste de l’art canadien Sophie Ouellet fait valoir que ce qui a été retrouvé est une lithographie « rehaussée » ou une « technique mixte », car Riopelle y a ajouté des détails à la main après l’impression.

« Quand c’est rehaussé de couleur, elle devient unique. En galerie, on va demander plus cher parce qu’il y en a une seule comme ça. Ça devient encore plus précieux. »

Selon Mme Ouellet, les lithographies de Riopelle sont particulièrement recherchées par les galeristes, car elles sont « très étudiées et très limitées ».

« C’est un des seuls artistes canadiens à maintenir une si belle valeur pour la lithographie. »

Une oeuvre manquante de 100 000 $

Pour l’instant, aucune arrestation en lien avec le vol de 2005 n’a été effectuée, indique la SQ.

Cette pièce de « technique mixte », toujours introuvable après le vol de 2005, vaudrait plus de 100 000 $.
Photo courtoisie, SQ
Cette pièce de « technique mixte », toujours introuvable après le vol de 2005, vaudrait plus de 100 000 $.

Au moins deux des trois œuvres encore manquantes (voir photos) sont aussi des techniques mixtes considérées comme des œuvres originales, datant des années 1983 et 1985. Celle de 1983 vaudrait au-delà de 100 000 $, selon Simon Blais, alors que celle de 1985 aurait une valeur d’environ 25 000 $. Au moins trois des quatre œuvres dérobées lors du vol de 2005 n’ont pas de nom. La SQ n’a diffusé aucune information sur la quatrième œuvre.

Cette autre œuvre dérobée à l’artiste, réalisée en 1985, vaudrait 25 000 $
Photo courtoisie, SQ
Cette autre œuvre dérobée à l’artiste, réalisée en 1985, vaudrait 25 000 $

Selon nos informations, les résidents de l’endroit où la saisie a eu lieu ont été rencontrés par les enquêteurs. Il n’est pas exclu que l’œuvre en question soit passée entre les mains de plusieurs personnes avant d’aboutir dans la résidence de Mirabel. 

La SQ invite toute personne qui aurait de l’information au sujet du vol de 2005 ou concernant les œuvres recherchées à communiquer avec sa Centrale de l’information criminelle au 1 800 659-4264.

QUI EST JEAN PAUL RIOPELLE ?

Le peintre Jean Paul Riopelle à son atelier de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, photographié vers 1976.
Photo gracieuseté Bibliothèque et Archives Canada
Le peintre Jean Paul Riopelle à son atelier de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, photographié vers 1976.

Jean Paul Riopelle est l’un des plus grands artistes québécois et canadiens de l’histoire. Né à Montréal en 1923, il fut l’un des premiers artistes canadiens à bénéficier d’une notoriété internationale. Sa plus imposante toile, Point de rencontre, est exposée depuis 2021 dans la salle de bal de Rideau Hall, où réside la gouverneure générale du Canada. L’artiste, décédé en 2002, avait fait l’objet d’une exposition lui étant entièrement consacrée l’an dernier au Musée des beaux-arts de Montréal.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.