/investigations/justice
Navigation

SPVM: les pratiques de tir en chute libre

Seulement 2% des policiers de Montréal ont participé à un exercice de tir l’année dernière

Tir SPVM
Photo courtoisie Une des trois salles de pratique pour le tir du Service de police de la Ville de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

À peine 98 des 4727 policiers de Montréal ont effectué une pratique de tir l’an dernier, alors que la crise des fusillades bat son plein dans la métropole.

• À lire aussi: Violence armée à Montréal: Québec solidaire repousse l’idée de désarmer la police

• À lire aussi: Police: «Tout est sur la table» pour le recrutement, dit Plante

• À lire aussi: Armes à feu: le «statu quo» ne peut plus durer à Montréal, selon Mendicino

• À lire aussi: Violence armée: une solution attendue de Nicolet

Alerté par plusieurs sources sur le nombre de plus en plus bas de policiers qui s’exercent avec leur arme à feu, notre Bureau d’enquête a obtenu des données précises du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

On y apprend qu’à peine 2 % des policiers ont pratiqué le tir en 2021, mais aussi que ce nombre a baissé d’une façon significative au cours de la dernière décennie (voir plus bas).

«On n’est pas capable de libérer des policiers pour qu’ils aillent pratiquer. On fonctionne continuellement avec un staff minimum. S’ils veulent tirer, ils doivent le faire sur leur temps personnel», affirme une source bien au fait du problème au sein du SPVM, qui a tenu à garder l’anonymat, car elle n’est pas autorisée à parler aux médias. 

«Ça pas de sens, ils sont déjà épuisés à cause de la surcharge de travail», ajoute cette source. 

Le manque de personnel et les difficultés d’embauche à la police de Montréal sont notoires depuis quelques années.

Pas prêts

«Les policiers du SPVM ne sont pas prêts à être impliqués dans une fusillade», nous confie pour sa part une autre source policière, spécialiste dans l’utilisation des armes à feu. 

«Dans une situation de haut stress, les policiers tirent 5 balles sur 6 à côté, et ça, on n’en parle jamais. Ils devraient pratiquer au moins trois fois par année pour développer la bonne prise de décision, mais les pratiques de tir coûtent trop cher en temps homme et en matériel», poursuit cette seconde source.

Les policiers du SPVM ont abattu le 4 août un homme soupçonné d’avoir commis trois meurtres au hasard dans les jours précédents.
Photo d'archives, Martin Alarie
Les policiers du SPVM ont abattu le 4 août un homme soupçonné d’avoir commis trois meurtres au hasard dans les jours précédents.

Pendant ce temps, le nombre d’interventions des policiers de Montréal en présence d’une personne armée (arme à feu ou autre) ne cesse d’augmenter. Il s’élevait à 266 en 2021, contre 156 en 2015.

Un coroner s’inquiétait

Le manque de formation au tir des policiers attirait déjà l’attention il y a une décennie.

Dans un rapport d’octobre 2012 à la suite du décès d’un homme en situation d’itinérance abattu par un policier du SPVM lors d’une intervention, le coroner Jean Brochu avait soulevé de vives inquiétudes. 

Il avait souligné que «les problématiques d’entraînement au tir [...] des policiers représentent une situation demandant une amélioration significative et rapide». 

Il s’avère que non seulement le nombre de policiers qui pratiquent n’a pas augmenté, mais qu’il a diminué de façon considérable. 

En plus des pratiques qu’ils peuvent effectuer, les policiers ont tous l’obligation légale de renouveler leur qualification au tir une fois par année. Ils doivent alors tirer 50 balles sur une cible dans le cadre d’un parcours minuté.

Environ 82 % des policiers du SPVM ont obtenu cette qualification en 2021.

Mais comme le fait remarquer une de nos sources policières, « tirer lors d’une qualification annuelle dans une salle de tir et tirer lors d’une situation à haut risque sont deux choses différentes ». D’où l’importance, selon cette source, de pratiquer régulièrement.


♦ Vous avez des informations sur ce qui se passe au sein du SPVM? Contactez-moi en toute confidentialité au marc.sandreschi@quebecormedia.com ou au 514 212-3937.


NOMBRE DE POLICIERS QUI ONT PRATIQUÉ UNE FOIS PAR AN

  • 2021* : 98 des 4727  
  • 2020 : 260 des 4677
  • 2019 : 168 des 4723  
  • 2018 : 175 des 4732
  • 2017 : 372 des 4789
  • 2016 : 410 des 4674
  • 2015 : 247 des 4831

*Seulement 2 policiers ont pratiqué plus d’une fois en 2021


NOMBRE D’INTERVENTIONS OÙ LES POLICIERS ONT EU À FAIRE FACE À LA PRÉSENCE D’UNE ARME

  • 2021 : 266
  • 2020 : 228
  • 2019 : 234
  • 2018 : 213 
  • 2017 : 207 
  • 2016 : 149
  • 2015 : 156

Source : SPVM

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.