/entertainment/movies
Navigation

«Trois mille ans à t'attendre»: raconte-moi une histoire...

«Trois mille ans à t'attendre»: raconte-moi une histoire...
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Tilda Swinton et Idris Elba donnent vie à cette histoire fantastique signée George Miller. 

George Miller, c’est l’homme des «Mad Max», mais aussi des films animés «Les petits pieds du bonheur» et non, «Trois mille ans à t'attendre» ne se situe dans aucune de ces deux catégories.

Car le long métrage est l’histoire du docteur Alithea Binnie (Tilda Swinton), narratologiste, c'est-à-dire qu’elle est spécialisée dans la science de la narration. Experte des structures narratives, Alithea arrive en Turquie pour participer à un colloque. Dans le souk d’Istanbul, elle achète une petite bouteille...d’où sort bientôt un Djinn (Idris Elba), autrement dit un génie. Elle dispose donc de trois vœux et c’est là que le tout se corse.

Rappelant insensiblement «Les mille et une nuits» (les contes) ainsi que «Le voleur de Bagdad» (le long métrage de 1940), et même par moments du Terry Gilliam – dans l’humour absurde de la lutte de pouvoir dans le palais de Topkapi notamment –, le génie lui raconte sa – très longue histoire –, remontant 3000 ans en arrière lorsqu’il vivait avec la reine de Saba (oui, celle de la Bible). Mais voilà, Alithea n’est pas née de la dernière pluie et elle ne sait que trop bien que les histoires de génies et de vœux finissent toujours mal. Que seront donc ses souhaits? La solution est dans le titre et au terme du récit du Djinn qui introduit la troisième partie de ce long métrage de 108 minutes.

Visuellement, «Trois mille ans à t'attendre» est époustouflant avec ses décors d’une somptueuse richesse, ses costumes chatoyants (ceux de Tilda Swinton ressemblent un peu à du Wes Anderson) et ses effets spéciaux impressionnants (l’aspect presque faunesque d’Idris Elba avec ses oreilles pointues et ses jambes velues ou l’instrument de musique du roi Salomon qui se transforme en véritable orchestre notamment). Au point de vue scénaristique, le long métrage est un peu faible, le spectateur ne parvenant jamais à complètement s’investir émotionnellement dans cette histoire qui a tout d’une épopée magistrale. Dommage.

  • Note: 3 sur 5
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.