/entertainment/movies
Navigation

Les films tirés d’articles de Playboy

Les films tirés d’articles de Playboy
AFP

Coup d'oeil sur cet article

On le sait bien, le magazine «Playboy», fondé en 1953 par Hugh Hefner et disponible uniquement en ligne depuis 2020, ne contenait pas que des femmes nues. Il y avait également d’excellents articles et des nouvelles d’auteur à l’époque presque inconnus dont plusieurs ont servi de base à des films. Si, si...

«L'arnaqueur»

Avant d’être un roman, «L’arnaqueur» a été une nouvelle publiée dans le numéro de «Playboy» de janvier 1957. L’auteur Walter S. Tevis – dont la suite, «La couleur de l’argent» avec Tom Cruise, a été portée au grand écran par Martin Scorsese et dont «Le Jeu de la dame» est devenu une populaire série diffusée par Netflix – a imaginé l’histoire de Fast Eddie, un arnaqueur au billard qui tente de battre un certain Minnesota Fats, joueur sans défaite depuis 15 ans. La nouvelle est beaucoup plus sombre que les films, où le protagoniste finit mal.

«La mouche»

Qui ne connaît pas le film culte de David Cronenberg avec Jeff Goldblum et sorti en 1986? Mais il s’agit de la nouvelle version du long métrage de 1958 au scénario écrit par James Clavell, également auteur de la fort populaire série télévisée «Shogun» en 1980. Mais ces deux productions sont tirées de la nouvelle écrite par George Langelaan, auteur franco-britannique, pour l’édition de juin 1957 du magazine au logo de tête de lapin et qui suit un scientifique dont l’ADN se mélange accidentellement avec celui d’une mouche. L’auteur, espion pendant la Deuxième Guerre mondiale, met sur papier ses angoisses sur les avancées technologiques et de la propension des gouvernements au secret.

«Le démineur»

Mark Boal, journaliste spécialiste de la guerre en Irak, a passé un mois à suivre une compagnie des forces armées américaines spécialisée dans le déminage. Il en a tiré un article, «The Man in the Bomb Suit», paru dans l’édition de septembre 2005 de «Playboy» et qui suit le sergent Jeffrey Sarver, soldat américain ayant désarmé le plus d’engins explosifs pendant cette guerre. Le film de Kathryn Bigelow, coécrit par le journaliste, renomme le soldat en William James. Le long métrage obtiendra trois Oscars, dont celui du meilleur scénario adapté et celui de la meilleure réalisation, la première statuette donnée à une femme dans cette catégorie.

«Dans la vallée d'Elah»

Un an auparavant, en mai 2004, Mark Boal a signé l’article «Death and Dishonor» dans lequel il s’est intéressé à la disparition puis au meurtre du soldat Richard Davis, survenus après son retour d’Irak. L’article a attiré le réalisateur Paul Haggis, qui a décidé, avec l’aide de Mark Boal, de l’adapter et de le renommer «Dans la vallée d'Elah». Mettant en vedette Tommy Lee Jones dans le rôle du père du soldat – l’acteur a remporté une nomination aux Oscars pour son interprétation – et Charlize Theron dans celui de la détective chargée du dossier, le long métrage devait mettre Clint Eastwood en vedette, mais ce dernier n’a pu accepter en raison de son emploi du temps chargé.

«La boîte»

Que se passe-t-il lorsqu’un couple reçoit 50 000 $ lorsqu’il appuie sur un bouton provoquant la mort d’un inconnu? C’est le sujet de la nouvelle «Button, Button» de Richard Matheson publiée en juin 1970. Adapté pour le grand écran en 2009 par Richard Kelly, le long métrage «La boîte» met en vedette Frank Langella, Cameron Diaz et James Marsden.

«Duel»

Même Steven Spielberg lisait «Playboy» pour les articles, c’est tout dire! Car «Duel», nouvelle de Richard Matheson parue dans l’édition d’avril 1971 du magazine fascine le jeune homme de 25 ans. Il demande à l’auteur d’écrire le scénario du film – un homme ordinaire est poursuivi par un chauffeur de camion –, coupe le résultat de moitié et livre, la même année, un long métrage qui lance sa carrière.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.