/news/elections
Navigation

Québec 2022: les libéraux de Dominique Anglade partent à la dérive

Après un début de campagne chaotique, des experts mettent carrément en doute la survie du parti

Coup d'oeil sur cet article

Désistements, difficultés de recrutement, manque de financement, sondages défavorables : le début de campagne est si chaotique pour les libéraux que des experts n’hésitent plus à mettre en doute la survie même du parti.

• À lire aussi: Mais où est passée la fameuse machine libérale?

• À lire aussi: Québec 2022: la campagne libérale immobilisée

• À lire aussi: Vers un nouvel échiquier politique?

«Généralement, quand on quitte un bateau, c’est qu’il est en train de couler», expose André Lamoureux, chargé de cours au Département de science politique à l’Université du Québec à Montréal.

Celui-ci ne serait pas surpris de voir le Parti libéral du Québec (PLQ) «s’effondrer complètement, ou presque», à la suite de cette élection.

Avec 110 candidatures annoncées sur 125 et quatre désistements au cours des dernières semaines (voir plus bas), la formation de Dominique Anglade arrive bonne dernière sur le plan du recrutement.  

«C’est quand même catastrophique. Normalement, un parti a la liste de ses candidats au moins un mois ou deux à l’avance», estime M. Lamoureux. 

Jusqu’à tout récemment, même la circonscription de Jean-Talon, jadis un château fort, était orpheline de représentant. Il a fallu attendre jusqu’à hier, après que la cheffe a visité le comté, pour qu’une candidature soit finalement annoncée. 

  • Ne ratez pas l'émision de Mario Dumont, diffusée chaque jour en direct ou en balado, dès 15 h 30 sur QUB radio :

Rien de bon

L’arrivée de la stratège Julie White pour porter les couleurs libérales dans Jean-Talon n’augure rien de bon, selon les experts. 

«Quand c’est des membres du personnel politique qui se présentent, généralement, c’est pour boucher des trous», avance le professeur en communication politique à l’École nationale d’administration publique Philippe Dubois.  

«La perception que ça donne, c’est qu’on cherche à combler le plus rapidement possible les comtés», poursuit-il.  

Jadis champion du financement, le PLQ se situe aussi en queue de peloton du côté des dons, a révélé la semaine dernière notre Bureau d’enquête. 

Et les récents sondages n’ont rien d’encourageant, les libéraux récoltant un creux historique de 7 % des intentions de vote chez les francophones. 

Comble de malheur, l’équipe de Dominique Anglade a dû annuler une activité hier après-midi, forçant l’autobus à rester immobilisé devant l’Assemblée nationale durant près de quatre heures. Puis, le véhicule transportant les médias a connu des ennuis mécaniques plus tard en journée.  

  • Écoutez la rencontre Lisée - Mulcair avec Martineau diffusée chaque jour en direct 8h50 via QUB radio :

Un début difficile

«Clairement, c’est un début de campagne qui est difficile parce que ça envoie une image qui détonne de ce à quoi nous sommes habitués avec le Parti libéral, c’est-à-dire une grosse machine électorale, une machine bien huilée avec une certaine capacité à attirer des candidatures», analyse le politologue Philippe Dubois. 

Mireille Lalancette, professeure titulaire en communication politique à l’Université du Québec à Trois-Rivières, souligne quant à elle le manque de «branding» de la formation. À ses yeux, le PLQ peine à se distinguer de la Coalition Avenir Québec. 

Les récentes promesses électorales des deux partis présentent plusieurs similarités, notamment sur la baisse d’impôt.  

«C’est comme s’ils avaient perdu leur essence, leur raison d’être [...]. Ça pose de grosses questions sur la survie du parti», avance-t-elle, ajoutant que les libéraux risquent de sortir « meurtris » de cette campagne. 

Elle souligne aussi que Dominique Anglade, une «femme brillante», a accédé à la tête du parti en pleine pandémie, ce qui ne lui a pas donné le temps de prendre sa place.

  • Écoutez l'édito de Yasmine Abdelfadel diffusé chaque jour en direct 13 h 30 via QUB radio :

Toujours en contrôle

Malgré tout, la cheffe conserve une «bonne attitude», estime Philippe Dubois. 

«Elle ne ressemble pas à une cheffe qui est abattue ou qui est en perte de contrôle», insiste-t-il. 

Les anciens députés libéraux de la région de Québec André Drolet et Raymond Bernier ont reconnu les difficultés de recrutement de leur formation politique, qu’ils attribuent entre autres à la pandémie.  

«Ça me fait beaucoup de peine. Les gens qui y vont présentement, je leur dis chapeau ! Mais ce n’est pas évident, on est dans une période difficile», a commenté M. Drolet. Tout comme son collègue, il demeure positif pour la suite des choses.  

– Avec Nicolas Lachance et Marie-Christine Trottier

Quatre candidats se sont désistés

Photo courtoisie

François Beaulé, qui devait se présenter dans Vanier-Les Rivières a retiré sa candidature, lundi. L’ex-annonceur maison au Centre Vidéotron et au Colisée de Québec a accepté un nouvel emploi.


Photo courtoisie

Estella Normandeau, qui devait représenter le parti dans Richmond – bastion libéral durant près de quatre décennies – a évoqué des raisons personnelles, professionnelles et de santé mentale pour se désister, lundi.


Photo courtoisie

 

Anne DeBlois, qui avait été choisie pour représenter les libéraux dans Charlesbourg s’est fait montrer la porte le 12 août dernier, après que ses propos controversés – entre autres sur l’islam – ont refait surface. 


Photo tirée de Facebook

Rima Choghri, qui avait été sélectionnée comme candidate dans Vachon s’est désistée pour des raisons familiales.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux