/finance/business
Navigation

Comptes bloqués: des clients de Celsius Network pourraient ravoir leurs billes

Coup d'oeil sur cet article

Le partenaire controversé en faillite de la Caisse de dépôt, Celsius Network, pourrait remettre jusqu’à 276 millions $ à certains de ses clients incapables de retirer leur argent de leur compte bloqué depuis la mi-juin.

• À lire aussi: Un partenaire de la Caisse accusé d’avoir bâti une pyramide de Ponzi

• À lire aussi: Cryptomonnaie: un v.-p. de la Caisse a dirigé une société liée au PDG de Celcius

• À lire aussi: Solaire, trottinettes, boissons, les autres mauvais paris de la Caisse de dépôt et placement du Québec

D’après CoinDesk, 58 300 clients pourraient retrouver enfin leurs billes, un mois après que la cryptobanque se soit placée à l’abri de ses créanciers.

Quelque 15 680 ayant un certain type de compte pourrait retrouver près de 60 millions $, toujours selon le média.

Un tribunal new-yorkais se penchera sur l’affaire le 6 octobre prochain.

Pour certains investisseurs, la possibilité de revoir la couleur de leur argent est une bonne nouvelle, quoiqu’accueillie avec un certain scepticisme. 

C’est le cas de Karl Sigouin, un investisseur québécois, qui a passé à un cheveu de perdre ses 20 000 $ en retirant ses fonds juste à temps.

Le Journal avait raconté son histoire en juillet dernier. Or, hier, le courtier immobilier s’est dit encouragé de voir qu’une porte semble s’ouvrir.

« Reste à voir si les gens floués auront droit en grande partie au montant investi. Pour l’instant, nous sommes à la case départ », a-t-il souligné.

Mea culpa

À la mi-août, le PDG de la Caisse, Charles Emond, a fait son mea culpa en assurant que « personne à la Caisse – [lui] le premier – n’est content du résultat ».

Le numéro 1 du bas de laine des Québécois avait indiqué avoir radié les investissements de 200 millions $ dans la société en difficulté.

Hier, la Caisse n’a pas voulu se prononcer sur la tournure des événements.

« Nous n’avons pas de commentaire pour l’instant, nous laissons le processus légal suivre son cours », s’est limitée à dire sa porte-parole Kate Monfette.

Celsius n’a pas répondu à la demande d’entrevue du Journal.

–Avec la collaboration de Sylvain Larocque

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.