/news/currentevents
Navigation

Opération policière: mais que s’est-il donc passé à Terrebonne?

Les résidents ont été troublés par l’opération

Coup d'oeil sur cet article

Une mystérieuse opération policière orchestrée par la Gendarmerie royale du Canada et les services frontaliers a semé l’émoi dans un quartier résidentiel de Terrebonne mardi en après-midi.

Le groupe tactique d’intervention est intervenu vers 14 h 30 dans une maison jumelée sur la rue de Foucault, à Terrebonne, à la demande l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), selon nos informations. 

  • Écoutez le segment judiciaire avec Félix Séguin diffusé chaque jour en direct 8 h 35 via QUB radio :

Une paisible rue de Terrebonne a été prise d’assaut mardi par les services policiers.
Photo Agence QMI, Thierry Laforce
Une paisible rue de Terrebonne a été prise d’assaut mardi par les services policiers.

Un camion blindé, plusieurs voitures de patrouille, une ambulance, et le véhicule de l’identité judiciaire ont envahi cette paisible banlieue de la Rive-Nord.

Les policiers ont d’abord lancé des bombes lacrymogènes à l’intérieur de la résidence ciblée, rapportent des voisins qui les ont entendues exploser.

Photo Agence QMI, Thierry Laforce

Peu après, une femme qui portait un masque chirurgical noir en serait sortie et a été appréhendée.

Les autorités ont passé le reste de l’après-midi à demander à un autre suspect de se rendre.

Photo Agence QMI, Thierry Laforce

«Ils n’ont pas arrêté de crier : “You’re under arrest, come out with your hands up” [vous êtes en état d’arrestation, sortez avec les mains en l’air», a raconté Amanda Conti, qui habite non loin.

«On n’avait jamais rien vu de tel en 15 ans», a ajouté, abasourdie, une résidente du secteur qui n’a pas voulu s’identifier.

Selon nos informations, un homme aurait été trouvé inanimé à l’intérieur de la résidence qu’il louait depuis peu. 

Activement recherché

Il serait visé par un mandat d’immigration pancanadien, et aussi recherché par les Marshals et le FBI américains pour crimes violents.

Le suspect d’une quarantaine d’années aurait des antécédents en matière d’armes à feu, en plus de posséder deux chiens.

Mardi, un camion du centre animalier du Berger blanc a d’ailleurs été aperçu à l’intérieur du périmètre de sécurité.

«Même si ce sont des animaux de criminels, on ne peut pas les abandonner à leur sort», a confié un employé.

Ni la GRC ni l’ASFC n’ont répondu aux questions du Journal, mardi, concernant les raisons de cette opération policière.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.