/news/elections
Navigation

Vote par Internet: une option envisagée au Québec pour 2025

Coup d'oeil sur cet article

Les électeurs québécois pourraient utiliser le vote par Internet lors des élections municipales de 2025 grâce à un projet pilote d’Élections Québec, qui vient cependant avec son lot de défis.

L’organisation travaille depuis plusieurs années sur la possibilité d’offrir cette nouvelle option aux électeurs. C’est après une analyse de cas dans plusieurs pays, mais aussi plus proche de chez nous, en Ontario et en Nouvelle-Écosse, que ce projet de vote par Internet a été envisagé.

«Tous les paramètres de ce projet pilote restent à cibler, il y a plusieurs étapes à franchir avant d’introduire le vote par Internet», a indiqué la porte-parole d’Élections Québec, Julie St-Arnaud Drolet, en entrevue avec l’Agence QMI.

La pandémie de COVID-19 a aussi eu une influence sur cette décision, plusieurs élus ayant soumis l’idée du vote par Internet lors des dernières élections municipales en novembre 2021.

Si les municipales ne sont pas réalisées sous la gouverne d’Élections Québec, mais bien des villes, l’organisation propose d’assurer une gestion centralisée qui pourrait être répliquée lors de futures élections provinciales.

«Pour nous, l’intérêt, c’est de faciliter toujours davantage l’accès au vote et ça pourrait être profitable pour certains groupes d’électeurs», a expliqué la porte-parole, qui pense notamment aux votants hors Québec, aux personnes à mobilité réduite, mais aussi à ceux qui évoquent un manque de temps.

Pas comme une simple transaction bancaire

Le vote par Internet ne vient pas sans son lot de complications, entre respect de l’anonymat de l’électeur et risques de piratage informatique.

Trois grands éléments doivent être considérés pour la sécurité informatique, soit la façon de voter, l’appareil qui est utilisé par l’électeur et le réseau. Ils ne peuvent cependant pas tous être contrôlés par Élections Québec.

«Pour que l’introduction du vote par Internet puisse se faire, les risques vont devoir être compris et acceptés, autant par la classe politique que par les électeurs», a fait valoir Mme St-Arnaud Drolet.

Selon la porte-parole, il ne faut pas penser que le vote soit aussi facile à réaliser qu’un transfert bancaire entre comptes.

«Un des défis est lié au secret du vote, qui nécessite de dissocier le vote de l’identité de l’électeur une fois que le vote est enregistré. Par contre, il faut aussi pouvoir faire des vérifications pour s’assurer de l’intégrité du processus, qui reposerait sur la traçabilité du vote», a-t-elle avancé. «Il existe des solutions, mais ça doit être bien réfléchi.»

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux