/investigations/municipal
Navigation

Une enveloppe de 1000$ mène à trois arrestations de l’UPAC

Un homme d’affaires et un chef de division à la Ville de Montréal épinglés hier

GEN-UPAC-BOURBONNIERE
Photo Agence QMI, Joël Lemay Le chef de la division des permis de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve a été arrêté pour des gestes d’abus de confiance qu’il aurait commis en lien avec ce complexe d’appartements locatifs, qui appartenait à une entreprise de Tinel Timu.

Coup d'oeil sur cet article

La vigilance d’un fonctionnaire montréalais qui aurait reçu un pot-de-vin de 1000 $ dans une enveloppe a permis à l’Unité permanente anticorruption (UPAC) d’arrêter trois personnes, dont un chef de division de la Ville, hier.

Notre Bureau d’enquête a appris que c’est un inspecteur en bâtiment de la Ville de Montréal qui a mis en 2021 la police sur la piste d’un homme d’affaires très actif dans la région métropolitaine, Tinel Timu, et de son employée Elena Cristina Abrudan.

La députée Monique Sauvé, qui n’a rien à voir avec ces arrestations, remet la médaille de l’Assemblée nationale à Timu en 2018.
Photo tirée du site web du consulat général de Roumanie à Montréal
La députée Monique Sauvé, qui n’a rien à voir avec ces arrestations, remet la médaille de l’Assemblée nationale à Timu en 2018.

Ce fonctionnaire honnête était allé inspecter un bâtiment relié à Tinel Timu. Sur place, l’employée lui aurait alors remis une enveloppe, qu’il n’aurait pas ouverte immédiatement.

En regardant son contenu, plus tard, l’inspecteur y aurait découvert 1000 $ comptant. Il a alors appelé la police plutôt que de mettre l’argent dans ses poches.

Timu et Abrudan ont été formellement accusés hier de corruption dans les affaires municipales.

  •  Écoutez l'entrevue avec Jean-Louis Fortin à l’émission de Philippe-Vincent Foisy diffusée chaque jour en direct 7 h 51 via QUB radio :  

Le chef de division aussi

L’enquête de l’UPAC dans ce dossier a également mené à l’arrestation pour abus de confiance du chef de la division des permis et inspections de l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Sadek Lazzouzi.

Selon nos informations, les enquêteurs de l’UPAC ont découvert que Lazzouzi aurait manigancé pour avantager Tinel Timu dans un dossier autre que celui de l’enveloppe de 1000 $.

Cet autre dossier concerne un complexe d’appartements locatifs situé sur l’avenue Bourbonnière, non loin du Collège de Maisonneuve et du Stade olympique.

L’entreprise de Tinel Timu avait acheté ces immeubles en 2014 et 2015 pour environ 1,2 M$, avant de les rénover et de les revendre en août 2021 pour 8,4 M$. Or, la Ville aurait décerné une amende, car le nombre de logements dans les immeubles rénovés contrevenait au règlement municipal.

Nos sources indiquent que le chef de division aurait alors manœuvré pour que ses inspecteurs ne fassent pas le suivi nécessaire concernant le dossier d’infraction au règlement municipal.

Honoré par la députée

Tinel Timu est bien connu dans la communauté roumaine de Montréal. En 2018, il avait même reçu des mains de Monique Sauvé, députée libérale de Fabre, la médaille de l’Assemblée nationale. La députée l’avait alors décrit comme un « citoyen passionné et engagé » ainsi qu’un « leader d’exception ».

Contacté hier, le porte-parole de l’UPAC, Mathieu Galarneau, a souligné l’importance des dénonciations des citoyens et fonctionnaires témoins de gestes répréhensibles.

« Plus les gens sont vigilants, plus ça nous permet d’agir rapidement et d’éviter que de gros stratagèmes de corruption s’implantent », a-t-il affirmé.

Les trois accusés ont été relâchés hier sous promesse de comparaître, le 9 novembre prochain.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.