/world/europe
Navigation

Les médias britanniques louent le premier discours du roi Charles III

Coup d'oeil sur cet article

La première journée en tant que souverain de Charles III fait samedi la une des médias britanniques, qui consacrent leurs premières pages à son vibrant hommage à sa «maman chérie». 

• À lire aussi: Poutine adresse ses «félicitations sincères» à Charles III

• À lire aussi: Pillages coloniaux : Un diamant de la couronne royale réclamé

• À lire aussi: Deux jours après le décès d'Elizabeth II, Charles III officiellement proclamé roi

Dans son premier discours télévisé, vendredi, Charles a salué «le dévouement inébranlable» d'Elizabeth II pour son pays, au cours de son règne qui a duré plus de 70 ans.

Cette allocution est saluée par les médias qui mettent en particulier en avant le moment où Charles, retenant ses larmes, a dit adieu à sa mère, décédée jeudi à 96 ans dans sa résidence écossaise de Balmoral.

Les mots «À ma maman chérie, merci» font la Une du Daily Telegraph, du Daily Mail, du Sun et du Daily Star.

Le Daily Express met en avant cette citation que Charles a emprunté à Shakespeare: «Que des vols d'anges te chantent jusqu'à ton repos.»

Une photo du nouveau monarque pensif, recueilli, à son arrivée au palais de Buckingham vendredi après-midi est à la une du Guardian, du Times, de The Independent. «God Save the King» (Que dieu sauve le roi), titre le Times.

Les journaux se concentrent sur l'engagement de Charles à servir son pays avec «loyauté, respect et amour».

Dans son éditorial, le Telegraph, quotidien conservateur, exhorte les Britanniques à «chérir» les prochaines manifestations rituelles.

«Lorsque le roi Charles III s'est adressé à la nation hier soir, c'était avec une compréhension chaleureuse de ce que son peuple aspirait à entendre: un amour féroce et une douleur aiguë pour la reine Elizabeth II, une compréhension profonde de l'immense responsabilité qui lui incombe désormais, une expression de la foi ferme qui le guidera et un dévouement solennel au devoir qui lui incombe», peut-on lire dans cet éditorial.

«Les semaines à venir sont également un glorieux rappel que le pays qu'elle [Elizabeth II] a dirigé est aussi inébranlable qu'elle.»

C'est «l'expression vitale d'une constitution qui n'est pas écrite dans un texte sacré poussiéreux, mais qui vit, respire et est façonnée chaque jour par ceux qui habitent ses grandes fonctions: le palais, le Parlement, le peuple», ajoute l'éditorial.

Pour le tabloïd The Sun, le discours a apaisé certaines craintes que Charles ne soit pas en mesure de combler le vide laissé par le décès d'Elizabeth II. 

«Charles, avec son premier discours émouvant, nous a donné toute confiance qu'il remplira ce rôle avec sagesse, compétence et compassion», lit-on dans son éditorial. «Nous avons parfois craint qu'il ne soit un roi militant, un risque pour l'avenir de notre monarchie. Mais plus maintenant», ajoute le texte.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.