/opinion/columnists
Navigation

Francophonie: une démonstration de charme

Quebec
Photo Stevens Leblanc Une partie du public ayant assisté au spectacle de la SuperFrancoFête, à l’Agora du Vieux-Port de Québec, le 31 août dernier.

Coup d'oeil sur cet article

C’est dans l’allégresse que des milliers de personnes ont assisté au spectacle de la SuperFrancoFête, à l’Agora du Vieux-Port de Québec le 31 août dernier, un événement sous la houlette de «Trois Mousquetaires » : Sylvain Parent-Bédard, Isabelle Viviers, Jean-François Blais, et de leur «d’Artagnan», Clément Duhaime, assistés de l’ensemble de l’équipe de SISMYK, la division musicale de ComediHa! J’y étais.

Ce spectacle exceptionnel d’un soir aura réuni une trentaine d’artistes originaires de différents pays francophones, sous la direction musicale de l’excellent Scott Price, sur une même scène et devant un parterre de 5000 spectateurs sélectionnés au hasard parmi plus de 50 000 inscriptions.

Faute de place, les moins chanceux étaient invités à assister à l’événement devant un écran géant extérieur, à la place des Canotiers.

De l’aveu même des «Mousquetaires», cette grand-messe artistique, musicale et éphémère se voulait un clin d’œil à la SuperFrancoFête de 1974, événement qui, lui, s’était déployé sur une dizaine de jours, laissant un souvenir indélébile dans la mémoire de ses contemporains.

Dans son article relatif à la soirée du 31 août 2022 intitulée SuperFrancoFête : un excitant tour de la francophonie en 40 chansons, le journaliste Cédric Bélanger rapportait brillamment l’essentiel de l’événement, qui pourrait également marquer les esprits de façon durable s’il devenait récurrent. 

La langue raffermit les liens

Au-delà des performances musicales et poétiques, en coulisse comme sur scène, cet événement aura par ailleurs permis de créer ou de raffermir des liens entre les artistes venus des quatre coins de la francophonie internationale.

De ses différents et nombreux accents réverbérés à travers les mots et les chansons dans la langue commune, leurs parlures irradiaient la scène, ainsi que le public réceptif et transporté.

Un public qui, dans les circonstances, aura démontré qu’il est plus ouvert, et inspiré plus par le «discours» artistique que politique en termes de promotion de la langue française. Je connais les deux univers et je parle à cœur ouvert...

Gagner les cœurs

À travers les arts, la langue française est gagnante quand on l’utilise pour toucher positivement les esprits...

En plus de percuter l’intellect, les arts, dans toutes leurs déclinaisons, et particulièrement la chanson, touchent intimement et intensément les cœurs.

Et quand, en l’occurrence, la chanson est servie dans toutes ses variantes francophones, et, qui plus est, dans le cadre d’un événement de l’envergure de la SuperFrancoFête idéalement récurrent sur une base annuelle, elle est plus percutante que n’importe quel discours politique en termes de promotion de la langue commune.

Aussi, le théâtre, la danse, l’humour et le cinéma, déclinés dans la diversité des imaginaires francophones, devraient s’inspirer du modèle de convergence que nous offre la SuperFrancoFête pour un rayonnement optimal de la langue française.

Mesure prise de l’effet galvanisant de la SuperFrancoFête 2022 sur le public à l’Agora du Vieux-Port de Québec le soir du 31 août dernier, c’est sans l’ombre d’un doute que j’anticipe un accueil enfiévré lors de sa télédiffusion au cours des prochains mois à TVA, TV5 Monde et TV5 Québec-Canada, dans plus de 200 pays. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.