/opinion/columnists
Navigation

Le début de la fin pour Poutine?

Coup d'oeil sur cet article

Les récentes défaites de l’armée russe font très mal. En quelques jours, au moins 3000 km carrés de territoires ont été repris par l’armée ukrainienne. La débâcle de l’armée russe ressemble à celle du nord de Kyïv, à la fin mars.

D’ailleurs, comme lors de la bataille de Kyïv, de nombreuses munitions et de l’armement ont été abandonnés par l’armée russe en déroute.

Une seule bataille décide rarement du sort d’une guerre. Mais certaines défaites font plus mal que d’autres. C’est le cas de celle-ci pour les Russes. Elle est démoralisante et elle érode la confiance des Russes envers leur armée.

Dénonciations courageuses

Pour Vladimir Poutine, cette défaite est dangereuse. Elle pourrait marquer le début de la fin.

Les récentes défaites incitent des blogueurs russes, auparavant très en faveur de la guerre en Ukraine, à critiquer l’armée russe, ses dirigeants et l’attitude désinvolte de Poutine. Des élus municipaux russes ont aussi commencé à dénoncer en public la guerre en Ukraine.

Ces gens se placent en danger de mort parce qu’ils osent s’opposer à Poutine. Leurs critiques sont donc très courageuses. Elles sont probablement signe que la vague de mécontentement dans la population russe enfle de manière importante.

L’armée russe s’est lancée dans une invasion pour laquelle elle n’était pas préparée. Poutine n’avait pas prévu que les États-Unis et leurs alliés demeureraient unis derrière l’Ukraine. À l’évidence, la Russie ne fait pas le poids contre l’Ukraine et ses alliés.

Peu d’options

Poutine n’a plus beaucoup d’options pour tenter de vaincre l’Ukraine.

Il peut décréter une mobilisation générale. Mais celle-ci ne ferait qu’affaiblir davantage la Russie et repousser à une date ultérieure la défaite russe.

Il peut tenter d’utiliser localement de l’armement atomique. Mais la réprobation serait telle que la Russie perdrait à peu près tous les soutiens qu’il lui reste, sans compter que le monde se rapprocherait dangereusement d’une guerre nucléaire générale.

Il peut enfin essayer de convaincre Xi Jinping d’envoyer des « soldats volontaires » chinois en sol ukrainien. Un scénario similaire s’est déjà produit pendant la guerre de Corée. Mais un tel geste attirerait en Ukraine les troupes des pays de l’OTAN.

Poutine est donc échec, mais pas encore échec et mat.

Quel devrait être son prochain coup ? Il devrait tenter de négocier la paix avec Volodymyr Zelensky, même si ce dernier, devant ses victoires récentes, a déclaré qu’il refusait pour le moment toute négociation de paix. Un tel geste lui permettrait de gagner du temps et de se donner une meilleure image internationale.

Mais Poutine ne le fera pas. Parce qu’il est prisonnier du système de mensonges qu’il a tissé autour de lui.

Les Russes exprimeront contre lui toute leur colère quand la défaite leur paraîtra inéluctable. C’est ce qui commence à arriver. C’est ce qui le fera tomber.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.