/finance/business
Navigation

La patisserie Gaudet suscite de l'intérêt

Coup d'oeil sur cet article

Fermée depuis un mois après avoir fait faillite, la pâtisserie Gaudet suscite de l'intérêt auprès d'investisseurs. 

• À lire aussi: [EN IMAGES] La Pâtisserie Gaudet détruite par les flammes après la faillite

• À lire aussi: Faillite: plus de 7,7 M$ de fonds publics engouffrés par Pâtisserie Gaudet

Au moins une dizaine de groupes seraient sur les rangs pour acquérir l'usine et les équipements de la pâtisserie Gaudet. Parmi eux, certains souhaitent liquider les actifs du fabriquant de tartes, tandis que d'autres faire revivre l'entreprise qui existait depuis 1952.

C'est le cas de l'ancienne propriétaire, Lyne Lamothe, qui entend soumettre une proposition avec un groupe d’investisseurs au syndic afin de racheter et relancer les activités du fabricant de tartes.

Mme Lamothe souhaite éviter le démantèlement de cette entreprise, un fleuron québécois.

Elle en était l'actionnaire majoritaire jusqu'en 2017, mais a décidé de vendre ses parts il y a cinq ans aux deux propriétaires actuels, en raison d'un différend d'affaires.

Mme Lamothe a du mal à s'expliquer comment ce fleuron canadien de l'alimentation peut aujourd'hui crouler sous des dettes de plus de 23 millions $, l'équivalent du chiffre d'affaires de l'entreprise au moment de son départ.

Parmi la centaine de travailleurs qui se sont retrouvés sans emploi il y a un mois, plusieurs se réjouissent de l'intérêt démontré par leur ancienne dirigeante.

Lyne Lamothe dit avoir l'appui de solides partenaires financiers du secteur de l'alimentation. Elle affirme avoir contacté plusieurs anciens clients et croit qu'avec une saine gestion, il serait possible de remettre l'entreprise sur ses rails.

D'autres investisseurs, comme l'entreprise de Québec Martin Dessert et même Métro, auraient manifesté de l'intérêt.

C'est le 22 septembre que le syndic choisira parmi toutes les propositions reçues et ce n'est pas la plus élevée qui sera nécessairement retenue.

Investissement Québec pourrait avoir son mot à dire, la société d'État détenant la plus importante créance à 7,5 millions $.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.