/news/green
Navigation

Déluge à Montréal: des refoulements d'égouts aux lourdes conséquences pour les sinistrés

Des Montréalais en auront pour des mois à subir les impacts des inondations

déluge dégâts
Photo Jonathan Tremblay Isabelle Lukawacki et son conjoint, Jonathan Desclin, ont arraché leur plancher flottant mercredi matin.

Coup d'oeil sur cet article

Découragés après avoir passé la journée à nettoyer les dégâts causés par leurs égouts refoulés, des Montréalais sinistrés déploraient mercredi d’avoir été pris de court sans être dûment prévenus. 

• À lire aussi: Plus d’un mois de pluie est tombé en une seule journée à Montréal

• À lire aussi: Qualinet veut déployer un «911» de l’après-sinistre

• À lire aussi: Pourquoi aucun avertissement avant le déluge à Montréal?

«Ils envoient des alertes pour des enlèvements à l’autre bout de la planète. On aurait pu être avertis. On se serait préparés», s’est indignée Isabelle Lukawacki, 44 ans.

Mercredi, la propriétaire s’est levée au petit matin, pour arracher l’entièreté du plancher flottant ruiné de son sous-sol, dans son plex de la rue Adam, dans l’arrondissement d’Hochelaga-Maisonneuve.

La veille, le déluge de 80 mm de pluie a causé plusieurs dizaines de milliers de dollars de dégâts à sa propriété, estime-t-elle.

déluge dégâts
Photo Jonathan Tremblay

«En deux heures, nous avons reçu pratiquement l’eau de pluie qu’on reçoit habituellement en un mois», a indiqué mercredi Valérie Plante, mairesse de la Ville de Montréal, assurant que ses équipes avaient été proactives.

Aucune alerte n’avait cependant été envoyée par Environnement Canada pour avertir les Montréalais (lire autre texte).

Certains résidents ont eu droit à la totale : des toilettes formant de véritables geysers, des bains remplis d’eau contaminée et des planchers couverts de matières fécales.

En raison des fortes précipitations, Myriam Deslongchamps et Damien Bernadet ont subi d’importants dégâts. Leur douche et leur bain se sont retrouvés pleins d’eau qui a remonté des égouts
Photo courtoisie
En raison des fortes précipitations, Myriam Deslongchamps et Damien Bernadet ont subi d’importants dégâts. Leur douche et leur bain se sont retrouvés pleins d’eau qui a remonté des égouts

«On soupait. Et d’un coup, on a entendu les chutes du Niagara», a raconté Myriam Deslongchamps, 29 ans, qui réside avec sa petite famille sur le boulevard Pie-IX.

«Ça sortait du lavabo, du bain, de la toilette, de la douche, a-t-elle énuméré. Ça sortait comme d’une borne d’incendie.»

En raison des fortes précipitations, Myriam Deslongchamps et Damien Bernadet ont subi d’importants dégâts. Leur douche et leur bain se sont retrouvés pleins d’eau qui a remonté des égouts
Photo courtoisie
En raison des fortes précipitations, Myriam Deslongchamps et Damien Bernadet ont subi d’importants dégâts. Leur douche et leur bain se sont retrouvés pleins d’eau qui a remonté des égouts

«On n’a pas eu d’alerte», s’est aussi désolée la mère de famille.

Rien à faire

Pour sa part, Alexandre Rochon ne croit pas qu’il aurait pu appréhender un tel scénario – mais un avertissement n’aurait pas été de refus.

«J’essayais d’empêcher l’eau d’entrer, mais il n’y avait rien à faire. Ça entrait par les deux portes, et ça sortait de la toilette», raconte le résident de l’avenue Desjardins.

«L’eau, c’est une chose. Mais les excréments qui flottaient partout, c’est pas possible», a détaillé Mme Deslongchamps.

déluge dégâts
Photo courtoisie

«On était démunis complètement contre ce débit d’eau», a déploré son conjoint, Damien Bernadet, 35 ans.

De passage mercredi, Le Journal peinait à respirer l’odeur qui prenait au nez, alors que le couple était en plein ménage.

Exténuée, la jeune mère avait les yeux rougis, alors qu’elle réalisait qu’ils devraient possiblement être relogés pendant des mois avec leurs petits, Aria, 3 ans, et Milo, 1 an.

déluge dégâts
Photo Jonathan Tremblay

«Je ne sais pas ce qu’on peut faire. On va essayer de barricader le sous-sol. Il faut que ce soit viable et pas nocif pour notre santé, a évoqué Mme Deslongchamps. C’est un stress supplémentaire que, dans la vie, tu n’as pas le goût de gérer.»

Problème «perpétuel»

M. Bernadet s’est par ailleurs attristé du fait que la Ville était au courant depuis longtemps qu’il y avait ce problème avec les égouts, sans jamais le régler.

«On habite dans la “cuvette” de Pie-IX. Ça fait un paquet de fois qu’on signale à la Ville qu’il y a un problème, mais il n’y a rien qui se fait», peste-t-il.

«Remédiez au problème, sinon, dans un mois, s’il y a la même accumulation d’eau, ce sera à recommencer», a fait valoir Jonathan Desclin, 45 ans, de la rue Adam.


►Craintifs à l’idée de ne pas être couverts par leurs assureurs, tous les sinistrés rencontrés par Le Journal mercredi songeaient à effectuer une réclamation à la Ville de Montréal. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.