/hublo/dossiers-thematiques/union-municipalites-du-quebec
Navigation

Solutions et pistes de réflexion pour des enjeux municipaux réels

Solutions et pistes de réflexion pour des enjeux municipaux réels

Coup d'oeil sur cet article

Daniel Côté, président de l’UMQ, détaille quelques composantes de ce document scindé en quatre thèmes : « Finances et fiscalité », « Habitation et logement », « Aménagement du territoire et infrastructures » et « Développement régional ».

Avez-vous soumis vos demandes à tous les maires membres de l’UMQ ainsi qu’à des groupes représentatifs de citoyens? En fait, qui a déterminé votre liste?

L’UMQ est très soucieuse de représenter tous ses membres, mais on ne représente pas un ensemble homogène. Ainsi, il a fallu réaliser des consultations.

J’ai donc mené une tournée pour rencontrer les maires et conseillers des 17 régions administratives. Je me suis arrêté à une trentaine d’endroits. L’objectif était de prendre le pouls sur le terrain et d’écouter ce que plus de 300 élus municipaux avaient à dire. Quelles sont les priorités? Que se passe-t-il chez eux? De quoi ont-ils besoin pour mieux servir leurs concitoyens? 

Nous avons ainsi obtenu un bel équilibre entre les priorités touchant toutes les municipalités et celles qui n’en concernent que quelques-unes. Surtout, le résultat reflète l’hétérogénéité du Québec et de toutes les régions. Je suis très fier de notre plateforme, accessible sur umq.qc.ca.

Vous exigez davantage de responsabilités pour l’avenir, par exemple en développement énergétique. Les municipalités disposent-elles des ressources et de l’expertise suffisantes pour assumer ces fonctions additionnelles?

En fait, notre demande phare en matière d’énergie est une participation communautaire. Par exemple, nous aimerions être engagés systématiquement lorsqu’Hydro-Québec réalise un appel d’offres. On veut que la municipalité ou la région où se réalisera le projet soit partie intégrante de celui-ci. 

Quant à l’expertise, l’UMQ offre à ses membres des ressources et des connaissances pour qu’ils se positionnent stratégiquement par rapport aux nouvelles technologies et aux orientations des gouvernements québécois et canadien en la matière. Nous avons récemment créé un comité sur la production d’énergie renouvelable afin que nos municipalités disposent des outils pour participer activement à la résilience du réseau et renforcer leur rôle dans la réduction des GES.

Vous plaidez pour la régionalisation de l’immigration. Ne revient-il pas à chaque municipalité de miser sur ses attributs afin d’attirer les immigrants?

Pour réussir une stratégie de régionalisation, chaque palier de gouvernement doit y contribuer en fonction de ses compétences. Selon l’UMQ, la clé est d’attirer les immigrants en région avant leur arrivée au Québec. On ne peut pas attendre de gens ayant quitté leur pays une fois et les voir, à regret, délaisser (encore) leur nouveau milieu de vie pour s’installer ailleurs au Québec.

Les municipalités sont des terres de destination. Les programmes d’immigration doivent être davantage taillés pour les régions, et leur offrir une place plus grande, plus de notoriété. Il faut aller plus loin et innover. Les municipalités et les régions seront ensuite à même de se positionner comme un premier choix, puis de maximiser les chances d’une installation réussie des immigrants chez elles. 

Vous désirez revoir le modèle d’affaires du transport interurbain, mais vous ne proposez rien de concret. Pourquoi?

Notre préoccupation principale est d’assurer la mobilité entre les régions. Actuellement, c’est difficile pour quelqu’un sans véhicule de se déplacer d’une région à l’autre. Les municipalités ne sont pas responsables du transport interurbain. Nous ne possédons pas les ressources ni l’expertise pour élaborer un nouveau modèle d’affaires.

Toutefois, nous savons que le modèle présent connaît des ratés et nous croyons qu’une réflexion collective s’impose. Nous serions prêts à y collaborer pleinement.

Enfin, vous insistez sur la construction locative et les logements abordables. Cela ne risque-t-il pas de créer des zones de pauvreté dans les municipalités?

Les logements abordables, c’est très important. Chacun mérite un toit, peu importe son revenu. Et c’est là que la notion d’aménagement du territoire prend tout son sens. Il existe des façons d’aménager nos territoires pour favoriser la mixité sociale. C’est une autre manière de combattre les inégalités, les préjugés et la ségrégation. Permettons à des gens de tous les horizons d’entrer en contact et de vivre ensemble. La mixité sociale a fait ses preuves.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

 
Que vois-je avec Hublo ?
Hublo offre une vitrine sur du contenu promotionnel fait par et pour nos partenaires
Point de contact
Afin d’obtenir des détails supplémentaires au sujet d’Hublo, contactez-nous.