/sports/tennis
Navigation

Le champion qui a changé son sport

La nouvelle génération est prête, mais l’héritage de Federer va rester

Coupe Rogers
Photo d’archives Roger Federer bat Frédéric Niemeyer en deux manches serrées au premier tour à Montréal, en août 2009. Le Suisse était alors numéro 1 mondial et le Québécois, qui portait pour son entrée sur le court le chandail du Canadien, 487e.

Coup d'oeil sur cet article

Roger Federer est-il le plus grand joueur de tennis de l’histoire ? La question divise, surtout depuis que les deux autres membres du Big three ont devancé la légende au palmarès des titres en Grand Chelem. 

• À lire aussi: Federer aimait Montréal autant que Montréal l’aimait

• À lire aussi: Roger Federer: le tennis perd son plus grand ambassadeur

Une chose semble toutefois certaine : son legs est incomparable. 

Car même si ses deux plus talentueux contemporains – Rafael Nadal et Novak Djokovic – sont assurés de le supplanter pour les victoires majeures, Federer, lui, a changé à jamais le tennis. 

« Il a mis le sport à sa main d’une façon très unique », relève Eugène Lapierre, directeur de l’Omnium Banque Nationale de Montréal, qui a côtoyé le Suisse au cours des deux dernières décennies.

« Il faisait tout bien sur le terrain, ajoute-t-il. Dans ses belles années, on avait l’impression qu’il était invincible. Il pouvait échanger très longtemps en fond de terrain, il n’y avait que Nadal qui lui donnait du fil à retordre sur la terre battue. » 

M. Lapierre louange aussi la qualité du service de Federer et celle de ses coups en précision. 

« Sa vitesse de contre-attaque, d’attaque, son jeu à la volée... Il maîtrisait tous les aspects du jeu sans même donner l’impression de forcer », énumère-t-il également. 

« La grâce de son jeu »

Entraîneur chez Tennis Canada, Sylvain Bruneau estime pour sa part que le grand champion est le modèle à suivre tant pour les joueurs que pour les instructeurs. 

« C’est une légende par son palmarès sportif. [Ce qu’on va retenir, ce sont] ses 20 victoires en Grand Chelem, ses places de numéro 1, mais, plus que tout, la grâce de son jeu, a renchéri Bruneau. Tout le monde aimait son jeu. »

La roue tourne

Mais voilà, même les légendes ne sont pas éternelles, et M. Lapierre n’a pas été particulièrement surpris lorsqu’il a appris que le Suisse accrochait sa raquette. 

Malgré son héritage incomparable, le directeur du tournoi de Montréal demeure persuadé que la jeune génération est prête.

Engagé dans l’aide humanitaire par l’entremise de sa fondation, Roger Federer se rend en Namibie en février 2020. On le voit ici rencontrer une jeune fille.
Photo d’archives
Engagé dans l’aide humanitaire par l’entremise de sa fondation, Roger Federer se rend en Namibie en février 2020. On le voit ici rencontrer une jeune fille.

« L’histoire continue. Il va continuer à y avoir de grandes vedettes, assure M. Lapierre. C’est arrivé quand Andre Agassi, Pete Sampras ou Martina Navratilova se sont retirés. Le sport s’occupe bien de nous présenter de nouveaux athlètes de très grand talent. »

« Je dois toutefois dire qu’avec Roger, on en avait tout un ! » ajoute-t-il en riant. 

Et maintenant, M. Lapierre, LA question : Federer est-il le plus grand ? 

« Ce n’est pas Eugène Lapierre qui va déterminer ça, lance-t-il. Il y a eu Rod Laver, Billie Jean King, Serena Williams, Nadal, Djokovic... »

« Mais en ce qui a trait à l’impact qu’il a pu avoir sur son sport durant toute sa carrière, j’ai l’impression qu’il est parmi les trois ou quatre plus grands de l’histoire. »

– Avec l’Agence QMI 

Excellence et longévité 

1989
Federer commence à jouer au tennis avec le club de tennis TC Old Boys de Bâle, en Suisse. 

1998
Chez les juniors, il remporte les titres en simple et en double à Wimbledon. La même année, il dispute son premier match professionnel à Gstaad. Il s’incline d’entrée devant Andre Agassi. 

2000
Il dispute deux finales de l’ATP, à Marseille et à Bâle. Il perd chaque fois, contre Marc Rosset puis face à Thomas Enqvist. 

2001 

Coupe Rogers
Photo d’archives

Federer remporte son premier titre en simple. En finale à Milan, il bat Julien Bouttier. Il met aussi la main sur la coupe Hopman, aux côtés de Martina Hingis. 

2002
À 21 ans, il empoche son premier trophée de la série Masters 1000 à Hambourg. Il perce le top 10, ce qui lui permet de participer au championnat de fin d’année. 

2003
À Wimbledon, Federer met la main sur le premier de ses 20 titres du Grand Chelem, battant en finale l’Australien Mark Philippoussis. 

2004
C’est le début de sa domination. Le Suisse remporte 11 titres durant la saison, dont trois majeurs (Australie, Wimbledon et États-Unis). Il devient numéro 1 mondial et le restera pendant quatre ans. 

2006

Coupe Rogers
Photo d’archives

Federer connaît la meilleure saison de sa carrière. Il gagne 12 tournois et passe à une victoire de remporter le Grand Chelem. C’est Rafael Nadal, son grand rival, qui le bat en finale à Roland-Garros. Il ne perd que cinq matchs, dont quatre contre l’Espagnol. 

2008
Après 237 semaines consécutives au premier rang mondial, Roger laisse sa place à Nadal, qui le bat au terme d’une finale d’anthologie à Wimbledon. Il remporte son premier titre olympique (à Pékin, aux côtés de Stan Wawrinka) et rafle au US Open le 13e majeur de sa carrière. 

2009 

Coupe Rogers
Photo d’archives

En juin, il bat le Suédois Robin Soderling à Roland-Garros, ce qui lui permet d’empocher le seul majeur qui manquait à son palmarès. Un mois plus tard, il défait Andy Roddick en finale à Wimbledon dans le plus long cinquième set de l’histoire d’une finale en Grand Chelem. Ce 15e trophée majeur lui permet de devancer Pete Sampras dans le livre des records. 

2015
Après quelques années plus difficiles selon ses standards, le Suisse retrouve de sa superbe. À Brisbane, il remporte le 83e titre et le 1000e match de sa carrière, face au Canadien Milos Raonic. Il atteint la finale à Wimbledon, New York et au Masters de fin d’année, où il est chaque fois battu par Novak Djokovic. 

2016
Sa saison est amputée par une blessure au genou. Pour la première fois depuis 2002, Federer est exclu du top 10 mondial. 

2018

Coupe Rogers
Photo d’archives

Après une année 2016 écourtée, le champion revient en force lors des deux saisons suivantes. En Australie, il remporte le 20e titre du Grand Chelem de sa carrière. Il est le premier à franchir cette marque. Cette même année, il devient le plus vieux numéro 1 mondial de l’histoire, à 36 ans et 10 mois. 

2019

Coupe Rogers
Photo d’archives

Federer remporte à Dubaï le 100e tournoi de sa carrière, en février, en battant en finale Stefanos Tsitsipas. La même année, il soulève à Bâle, devant Alex de Minaur, le 103e et ultime trophée de sa carrière. 

2021
À Wimbledon, il s’incline en quarts de finale devant le Polonais Hubert Hurkacz. C’est à ce jour son dernier match professionnel. Il annonce peu après qu’il doit subir une autre intervention chirurgicale au genou droit. Roger en totalise trois en un an et demi. 

2022
Le 15 septembre, il annonce qu’il disputera à la Coupe Laver, du 23 au 25 septembre à Londres, les dernières rencontres de son illustre carrière. 

LES CHIFFRES QUI ONT FAIT SA LÉGENDE 

 

  • Né le 8 août 1981,
    à Bâle, en Suisse 
  • Professionnel depuis juillet 1998. Premier tournoi
    à Gstaad (défaite au 1er tour contre Andre Agassi) 
  • Parle quatre langues de façon courante :
    allemand, suisse allemand, anglais et français

171 762 500 $
de gains en carrière
(en dollars canadiens) 

Au classement 

  • 310 semaines au 1er rang mondial (2e derrière Novak Djokovic)
  • 237 semaines consécutives au 1er rang mondial
    (1er de l’histoire - de février 2004 à août 2008)
  • Plus vieux 1er joueur mondial de l’histoire
    (À 36 ans et 10 mois -18 juin 2018) 

En simple 

Aux Jeux de Pékin, en août 2008, Roger Federer et son compatriote Stan Wawrinka mettent la main sur la médaille d’or du double masculin aux dépens des Suédois Simon Aspelin et Thomas Johansson. Federer ne remportera jamais l’or olympique en simple, l’un des rares titres manquant à son prestigieux palmarès.
Photo d’archives
Aux Jeux de Pékin, en août 2008, Roger Federer et son compatriote Stan Wawrinka mettent la main sur la médaille d’or du double masculin aux dépens des Suédois Simon Aspelin et Thomas Johansson. Federer ne remportera jamais l’or olympique en simple, l’un des rares titres manquant à son prestigieux palmarès.
  • 1526 matchs 
  • 1251 victoires (2e derrière Jimmy Connors)
  • 82 % de victoires en carrière
  • 103 titres en simple |
    Le premier à Milan en 2001 et le dernier à Bâle en 2019
    (2e derrière Jimmy Connors)
  • 71 titres sur surface dure
  • 6 titres du Masters de fin de saison (2003, 2004, 2006, 2007, 2010 et 2011)*
  • 28 titres de la série Masters (les deux seuls qu’il n’a jamais remportés sont Monte-Carlo et Rome)
  •  Sept séries d’au moins 20 victoires*
  • Une médaille d’argent aux Jeux olympiques
    (À Londres en 2012 – il a gagné l’or en double avec Stan Wawrinka à Pékin, en 2008)
  • Aucun forfait dans un match durant toute sa carrière 

En Grand Chelem

Roger Federer pose avec le trophée du champion de Wimbledon, premier titre majeur qu’il a remporté, en 2003, en battant en finale l’Australien Mark Philippoussis. À ses côtés se trouve l’Américaine Serena Williams, couronnée chez les femmes, cette année-là.
Photo d’archives
Roger Federer pose avec le trophée du champion de Wimbledon, premier titre majeur qu’il a remporté, en 2003, en battant en finale l’Australien Mark Philippoussis. À ses côtés se trouve l’Américaine Serena Williams, couronnée chez les femmes, cette année-là.
  •  20 titres (3e dans l’ère moderne derrière Rafael Nadal (22) et Novak Djokovic (21))
  • 6e joueur de l’histoire à avoir remporté les quatre trophées majeurs
  • Huit victoires à Wimbledon* 
  • 369 victoires* (Il est le seul à avoir remporté 100 matchs dans deux tournois : 102 en Australie et 105 à Wimbledon)
  • 81 tournois disputés (record codétenu avec Feliciano Lopez)
  • 65 tournois consécutifs (Entre les Internationaux d’Australie 2000 et les Internationaux d’Australie 2016)
  • 23 demi-finales consécutives* 

* Un record 

Ses plus grands rivaux

Coupe Rogers
Photo d’archives

Rafael Nadal

16 victoires
24 défaites

Coupe Rogers
Photo d’archives

Novak Djokovic

23 victoires
27 défaites

Sources : ATP, le Figaro

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.