/news/education
Navigation

Des classes extérieures au Cégep de la Gaspésie et des Îles

Des classes extérieures au Cégep de la Gaspésie et des Îles
Julie Côté / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les classes extérieures des quatre campus du Cégep de la Gaspésie et des Îles sont maintenant officiellement opérationnelles. Elles ont été inaugurées il y a quelques jours au campus des Îles-de-la-Madeleine.

Le Cégep de la Gaspésie et des Îles, avec ses campus à Gaspé, à Carleton-sur-Mer, à Grande-Rivière (École des pêches et de l’aquaculture du Québec) et aux Îles-de-la-Madeleine, est l’un des premiers lieux d’éducation postsecondaire à adopter cette nouvelle méthode d’enseignement, qu’on voyait davantage jusqu’à maintenant au préscolaire, au primaire et au secondaire.

Chacun des lieux d’apprentissage du cégep été créé et imaginé par chacun des campus pour avoir un endroit qui corresponde à leurs besoins respectifs.

«Par exemple, le campus des Îles a investi, en collaborant avec des partenaires locaux, pour mettre en place un lieu avec des toiles suspendues, des hamacs, une balançoire et des aménagements paysagers comestibles, nous a expliqué Danka Cormier, directrice adjointe des études au Cégep de la Gaspésie et des Îles. À Gaspé, ils ont voulu faire quelque chose se plaçant plus dans un concept d’économie circulaire, en installant une quinzaine de roches de la région faisait office de bancs près d’un tableau entre [elles] pour l’enseignant installé sur une structure de bois, entre le terrain de baseball, la forêt et le jardin communautaire.»

Des classes extérieures au Cégep de la Gaspésie et des Îles
Julie Côté / AGENCE QMI

Un concept de plus en plus populaire

Les installations sont encore récentes, mais les enseignants qui les ont utilisées semblent satisfaits de l’expérience.

«Oui, il y a des stimuli extérieurs autant visuels, comme la forêt et le jardin, que sonores, comme le vent, mais je pense que malgré tout, ça apaise les étudiants, nous a confié Karine Vaudry, enseignante en Techniques d’éducation spécialisée au campus de Gaspé. Et ça rend aussi une possibilité d’être encore plus créatifs et collaboratifs, ça encourage une pédagogie par projet, et moins de cours plus magistraux.»

Des classes extérieures au Cégep de la Gaspésie et des Îles
Julie Côté / AGENCE QMI

Marie-Laure Hoareau, une étudiante de 38 ans originaire de l’île de la Réunion, dans l’océan Indien, inscrite en soins infirmiers également au campus de Gaspé, a aussi été charmée par cette nouvelle pratique. Durant son cours d’anglais, pour pratiquer le vocabulaire, des éléments de la nature ont servi pour l’apprentissage des différents termes dans la langue de Shakespeare.

«C’était le premier cours en extérieur que j’ai eu, étant donné que j’effectue un retour aux études et franchement, même si ce cours-là est loin d’être mon préféré, j’ai vraiment apprécié», a indiqué celle qui passe un premier été en sol gaspésien.

Des classes extérieures au Cégep de la Gaspésie et des Îles
Julie Côté / AGENCE QMI

Et l’hiver?

L’idée peut paraître saugrenue, mais le Cégep de la Gaspésie et des Îles est ouvert à utiliser les classes extérieures en hiver.

«Ce qu’on veut faire, c’est de demander aux étudiants de s’habiller convenablement et d’apporter des tapis de sol pour qu’ils s’installent convenablement, a mentionné Karine Vaudry. C’est sûr que ça ne pourrait pas se faire à la grosse tempête, mais nos fins d’automne et début de printemps sont longues dans la région.»

Danka Cormier est également convaincue que l’idée d’une classe en hiver est réalisable.

«Comme toute activité dans la classe extérieure, tant qu’il y a de la préparation, tout peut se faire», a-t-elle expliqué.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.