/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Guillaume v. Véro

Coup d'oeil sur cet article

Hé la la. Mais quelle mouche a donc piqué Guillaume Lemay-Thivierge pour qu’il fasse une intervention aussi décousue, gênante, dérangeante, inintéressante et franchement malaisante en plein milieu du gala des Gémeaux ? 

Si au moins il avait eu quelque chose de percutant et de pertinent à dire. Était-il en train d’encourager les gens à voter aux prochaines élections ou de dénoncer la façon de voter pour les émissions en nominations aux Gémeaux ? Et c’était quoi l’idée de faire des blagues aussi mesquines sur Louis Morissette et Guy A. Lepage ? Il ne sait pas que ce qui est à la base de l’humour c’est... faire rire ? Déstabiliser ainsi la vedette de la soirée, Véronique Cloutier, qui a perdu le fil de son animation alors qu’elle était jusque là excellente, c’est sincèrement pas très bon joueur. 

Décidément, Guillaume Lemay-Thivierge n’a pas été vacciné contre le manque de jugement. 

  • Écoutez l'entrevue avec Léa Clermont-Dion à l’émission de Sophie Durocher diffusée chaque jour en direct 14 h 38 via QUB radio : 

LES POTS ET LES FLEURS

Je regardais hier la soirée des Gémeaux et une chose m’a encore frappée. Dans plusieurs extraits qu’on nous a présentés tout au long de la soirée, les comédiens marmonnent. Ils bafouillent, elles baragouinent, ils et elles grommellent. Quel dommage. On est supposés célébrer le meilleur de la télé, mais comment mettre en valeur les textes des auteurs si les comédiens escamotent leurs répliques ? Et le plus triste, c’est que dans plusieurs des nouvelles émissions de la saison, le problème persiste. Qu’ils jouent des médecins, des avocats ou des sans-abri, on a encore de la difficulté à les comprendre. Allez, un petit effort ! On se dit qu’aux Gémeaux de 2023 le problème aura été réglé ?

J’ai adoré que Bianca Gervais et Sébastien Diaz encouragent les comédiens et comédiennes à avoir des enfants ... même si Bianca a perdu des contrats quand elle est tombée enceinte.

J’ai adoré les remerciements de Pierre-Yves Lord, qui, en gagnant pour 100 génies, a souligné l’importance du savoir, des connaissances et de la culture générale. Ouf. Si seulement tous les artisans de la télé étaient aussi inspirants.

Et j’ai adoré que Luc Picard nous raconte qu’il est un franco-anxieux, car il a peur pour l’avenir du français. Moi aussi, Luc !

LA REINE DE RADIO-CANADA

Radio-Canada a eu l’idée de confier l’animation du tapis rouge sur le web à nulle autre que la drag queen Barbada de Barbades. Une personnalité flamboyante pour lancer quelques bitcheries sur le tapis rouge, pourquoi pas ? 

Le problème, c’est que manifestement Barbada n’est pas la « Queen » de la télé, car elle ne connaissait pas le nom de la plupart des artistes qu’elle croisait. Elle voit le comédien Hubert Proulx et lui demande s’il est en nomination et ne dit pas son nom, car manifestement elle ne le connait pas. 

Même chose avec Sarah-Maude Beauchesne, qu’elle n’a jamais nommée. Elle voit Vincent Leclerc et Mélanie Pilon, ne sait pas leur nom, ne les reconnaît pas. 

Mais le moment le plus surréaliste est arrivé quand Barbada a croisé Ludivine Reding, qu’elle a décrite comme « la fugueuse », mais sans jamais la nommer. Un oubli, ça se peut... mais l’année prochaine, peut-on engager quelqu’un qui connaît les artistes ? En plus, Barbada nous a gratifiés de magnifiques perles comme « Des personnes qu’on a découvert », « Des belles découvertes se sont fait » et « Câline, câline, c’est ben l’fun avoir des compliments comme ça câline ».

Ce n’est pas un « scandalissimo », mais c’est pas fort.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.