/misc
Navigation

Carabins de l’Université de Montréal: les receveurs tombent comme des mouches

Carabins de l’Université de Montréal: les receveurs tombent comme des mouches
MARTIN ALARIE / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

La victoire à l’arraché de 24 à 20 sur le Vert & Or de Sherbrooke pourrait coûter cher aux Carabins de l’Université de Montréal, qui ont vu deux de leurs receveurs de passes tomber au combat. 

• À lire aussi: En deuil, Marc-Antoine Dequoy s’absente

• À lire aussi: Les Stingers s'éclatent devant leurs partisans

• À lire aussi: Les Carabins évitent la catastrophe face au Vert & Or

Les pertes des jeunes Iraghi Muganda et Wedens Alexandre s’ajoutent donc à celles de Hassane Dosso et de Justin Langlais. Le premier s’est blessé pendant le camp d’entraînement, tandis que le second n’a pas été en mesure de compléter le premier match de la saison.

Précisons que les Carabins n’ont pas exclu que Muganda et Alexandre soient de leur formation ce samedi, lors d’un affrontement contre les Redbirds de McGill. Il est coutume de ne pas dévoiler ce genre de choses. On peut toutefois s’imaginer sans trop de difficultés que les entraîneurs des Bleus sont à la recherche de solutions de remplacement.

«C’est pour ce type de situations que nous faisons du recrutement, a affirmé le coordonnateur offensif adjoint et entraîneur des receveurs Gabriel Cousineau. C’est moins pire que ce que nous pensions samedi [après le match contre le Vert & Or], mais nous avons confiance que tous les gars qui sont ici peuvent embarquer sur le terrain.»

Il reste tout de même que Cousineau comptera possiblement sur seulement trois receveurs qui ont attrapé plus de cinq ballons jusqu’à maintenant en 2020, soit Carl Chabot, Dudley Jones et William Legault.

Au mauvais moment

La série de blessures avec laquelle doit composer l’unique équipe invaincue du RSEQ survient cependant à un bien mauvais moment, puisque l’attaque des Carabins cherche ses repères. L’unité a démontré quelques bonnes choses contre le Rouge et Or de l’Université Laval il y deux semaines, sans toutefois être en mesure de trouver la zone payante. Elle a remédié à cette situation contre Sherbrooke, mais ce ne fut qu’une seule réussite parmi beaucoup de ratées offensives.

«Il n’y a pas de panique à ce niveau, a indiqué Cousineau. Nous savons que nous n’avons pas exécuté [le plan de match]. Nous nous concentrons sur [le fait d']éradiquer les erreurs et les revirements.»

Celui qui a porté les couleurs des Carabins comme quart-arrière pendant quelques années a ajouté qu’il n’a pas besoin de monter le ton à l’entraînement pour que sa troupe comprenne qu’elle se doit de faire mieux.

«Ce sont des joueurs qui sont rendus au niveau universitaire, ils savent qu’ils n’ont pas joué à leur plein potentiel. Ils sont assez matures pour que nous n’ayons pas à leur taper sur le clou.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.