/sports/opinion/columnists
Navigation

Qui veut être numéro un?

CHRONIQUE - Rodger Brulotte
Nom du Photographe Samuel Montembeault et Cayden Primeau, photographiés ici au tournoi de golf du Canadien la semaine dernière, à Laval, lutteront pour le poste de gardien numéro deux.

Coup d'oeil sur cet article

S’il est clair qu’on ne remplacera pas Carey Price du jour au lendemain devant le filet du Canadien, j’aimerais voir une véritable lutte au camp d’entraînement. Y a-t-il quelqu’un qui veut être le véritable gardien numéro un ? 

On ne gagne pas ce poste avec des paroles, mais j’aimerais voir plus de conviction et de détermination de la part des aspirants Samuel Montembeault et Cayden Primeau. Leurs commentaires plutôt timides à date m’ont laissé sur mon appétit. Ils parlent du poste de deuxième gardien qui est ouvert et d’une lutte amicale. 

D’accord, mais j’aimerais voir un peu plus de confiance de leur part, voire même de l’arrogance. Ils semblent tenir pour acquis que Jake Allen est le gardien numéro un, mais j’espère qu’ils réalisent que ce poste est à leur portée. Ils doivent démontrer que c’est leur objectif. 

Ils ont, ou auront, leur place dans la Ligue nationale, mais ont-ils ce qu’il faut pour assumer un rôle de gardien numéro un ? Le croient-ils vraiment au plus profond d’eux-mêmes ? 

Chose certaine, c’est l’état d’esprit qui devrait les animer. J’aurais aimé en entendre un dire qu’il veut être le numéro un dès cette saison, car cette opportunité est bien réelle.  

Ils n’ont plus à surpasser Price, mais Allen. Malgré tout le respect que j’ai pour celui-ci, s’il ne livre pas la marchandise en cours de saison, l’entraîneur-chef Martin St-Louis n’hésitera pas à recourir aux services de Montembeault ou de Primeau. Ils devront être prêts. 

Forcer la main de l’organisation 

Ces derniers doivent absolument forcer la main de l’organisation, et ça débute maintenant. J’espère qu’ils réalisent que la trajectoire de leur vie peut changer à la suite de ce qu’ils réaliseront dans les prochaines semaines et prochains mois. 

Comme Allen n’a pas le prestige et le salaire de 10,5 millions $, il est délogeable, ce qui n’était pas le cas avec Price.  

Ça ressemble un peu à la situation à mes débuts. Lorsque Patrick Roy a été cédé au Colorado, je savais que j’avais des chances de déloger éventuellement Jocelyn Thibault, puis Jeff Hackett. Avec Roy dans le décor, je n’aurais pas eu la chance de devenir numéro un à Montréal. 

St-Louis n’a pas dirigé Price longtemps, mais que ce soit sous les ordres de Michel Therrien, Claude Julien ou Dominique Ducharme, le filet du Canadien appartenait au numéro 31 dans les bons moments comme dans les mauvais. C’est le privilège d’un gardien élite, et Allen n’a pas ce statut.  

Rien de coulé dans le béton 

Rien n’est coulé dans le béton avec Allen. Après ses résultats modestes comme partant à St. Louis, il a été un excellent auxiliaire à sa dernière campagne chez les Blues ainsi qu’au cours des deux dernières saisons à Montréal. 

Il a plus d’expérience aujourd’hui, et à 32 ans, j’ai confiance qu’il fasse un bon travail, mais il n’est pas Price, Andrei Vasilevskiy ou Igor Shesterkin. Montembeault et Primeau auront-ils une meilleure chance un jour de devenir numéro un ?  

Il est l’heure de brouiller les cartes, sinon le directeur général Kent Hughes devra éventuellement regarder ailleurs. Dans le cas de Primeau, on le voit déjà à Laval, mais bon sang, pourquoi ne pas briller de tous ses feux au camp ? 

Jusqu’à preuve du contraire, on doit présumer qu’Allen accomplira le gros du boulot s’il reste en santé. Il devrait s’acquitter de sa tâche. S’il accorde un mauvais but dans une défaite de 4 à 1 et de 40 tirs, on ne le lui reprochera pas et ça risque d’être le cas très souvent avec toutes les interrogations à la défensive. 

J’aimerais voir une surprise devant le filet. Les paris sont ouverts. 

– Propos recueilli par Gilles Moffet  

Entrefilets 

La valse des gardiens

CHRONIQUE - Rodger Brulotte
Photo AFP

Je ne me souviens pas avoir vu autant de gardiens de but changer d’adresse au cours de la saison estivale. Je dois réviser mes notes pour m’y retrouver. Pour en nommer quelques-uns : Darcy Kuemper à Washington, Alexandar Georgiev au Colorado, Jack Campbell à Edmonton, Cam Talbot à Ottawa, Matt Murray et Ilya Samsonov à Toronto, en plus de l’increvable Jaroslav Halak qui est passé aux Rangers de New York, sans oublier l’absence de Carey Price. 


Huberdeau, la surprise

CHRONIQUE - Rodger Brulotte
Photo AFP

En ce qui me concerne, la grosse surprise de l’été a été l’échange de Jonathan Huberdeau, qui est passé des Panthers de la Floride aux Flames de Calgary en retour de Matthew Tkachuk. Personne ne l’a vue venir, celle-là, et ce n’était même pas une question d’argent. Huberdeau était le visage de l’équipe avec Alexsander Barkov et il venait de connaître sa meilleure saison. Je me demande quel sera l’impact de cette transaction, d’autant plus qu’on dit vouloir développer un sentiment d’appartenance chez les Panthers.


  

Les clauses de non-échange

CHRONIQUE - Rodger Brulotte
Photo AFP

S’il y a un côté que j’apprécie dans l’échange de Huberdeau contre Matthew Tkachuk, c’est que les directeurs généraux Bill Zito et Brad Treliving ont fait preuve d’audace. Je sais que ce que je propose ne passera jamais, mais j’aimerais qu’on abolisse la clause de non-échange. Ça permettrait aux meilleurs directeurs généraux de s’affirmer, car présentement, ils ont trop souvent les mains liées. 


P.K. Subban

CHRONIQUE - Rodger Brulotte
Photo AFP

Est-ce la fin pour P.K. Subban ? Il est toujours sans contrat, mais je ne m’inquiète pas pour son avenir. Grâce à sa personnalité flamboyante, il aura une après-carrière intéressante. Il a été un joueur dominant, mais la trentaine l’a ralenti. J’ai toujours aimé les athlètes hors du commun tels que Subban, mais sa forte personnalité peut déranger et je comprends que les DG soient frileux à l’idée de l’embaucher. Chez les patineurs en déclin, ils préfèrent des joueurs au leadership discret.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.