/news/green
Navigation

Tempête Fiona: des scènes de dévastation partout aux Îles-de-la-Madeleine

La tempête a fait la vie dure aux Îles-de-la-Madeleine et certains ont vu leur maison partir avec le courant

GEN-
Capture d'écran, TVA nouvelles Le secteur de La Martinique, aux Îles-de-la-Madeleine, a été frappé de plein fouet par les intempéries causées par la tempête Fiona, samedi. Deux chalets ont subi des dégâts considérables et une dizaine d’habitations ont été inondées.

Coup d'oeil sur cet article

Des bâtiments engloutis par les inondations, d’autres qui ont été scindés en deux. Fiona a frappé de plein fouet les Îles-de-la-Madeleine, samedi, avec des pointes de vent allant jusqu’à 126 km/h et environ 100 millimètres de pluie.

• À lire aussi: Trudeau déploiera l'armée canadienne en Nouvelle-Écosse à la suite de l'ouragan Fiona

• À lire aussi: État de situation sur l’ouragan Fiona: Legault proposera un programme d'aide

• À lire aussi: Ouragan Fiona: près de 400 000 clients sans électricité dans l'est du Canada

Une portion du toit de tôle de l’église Saint-Pierre-de-La Vernière, classée monument historique, est partie au vent, samedi.
Photo Agence QMI, Richard Dupuis
Une portion du toit de tôle de l’église Saint-Pierre-de-La Vernière, classée monument historique, est partie au vent, samedi.

Des débris et de l’eau étaient visibles partout dans les zones sinistrées. Des fils électriques tombés, des poteaux cassés et des meubles flottaient près des maisons éventrées par la force de l’ouragan.

Une portion du toit de tôle de l’église Saint-Pierre-de-La-Vernière est aussi partie au vent.

Des citoyens ont vu leur résidence être immergée, mais ils l’ont aussi vu résister à la force de frappe de Fiona. 

« Notre chalet est encore debout. Il n’a pas bougé, mais on est certain qu’il est inondé », a confié une citoyenne sur les ondes de LCN. 

Le symbole était fort, comme si les Madelinots refusaient de baisser les bras. Un phénomène rappelant la petite maison blanche, devenue célèbre à Saguenay. 

« C’est difficile, je suis sur le bord des larmes », a-t-elle ajouté, impuissante devant le phénomène climatique. 

Milliers de pertes de courant

Ce chalet situé dans le secteur La Martinique semblait être sur le point de céder sous la force des vagues, samedi.
Capture d'écran TVA nouvelles
Ce chalet situé dans le secteur La Martinique semblait être sur le point de céder sous la force des vagues, samedi.

Dès samedi matin, la municipalité a été placée en état d’urgence par la Sécurité publique. Les routes ont été fermées et les autorités ont demandé aux citoyens de rester à la maison pour des raisons de sécurité.

Plusieurs résidents de La Pointe de Havre-aux-Maisons et du site historique de La Grave ont été évacués et pris en charge par les centres de services aux sinistrés. Même chose dans le secteur de La Martinique. 

Au plus fort de l’ouragan, 3470 clients étaient privés d’électricité, soit près de 50 % des gens dans la région. 

« C’est une catastrophe ! »

Certains pêcheurs de l’île redoublaient d’efforts afin de protéger leurs embarcations inondées.
Photo courtoisie
Certains pêcheurs de l’île redoublaient d’efforts afin de protéger leurs embarcations inondées.

De Grande-Entrée à Havre-Aubert, c’était la dévastation dans les ports de pêche soumis à l’assaut des vagues. Les pêcheurs interrogés par Le Journal avaient peine à réaliser ce qui venait d’arriver, faisant état des amarres brisées et des quais en lambeaux.

« C’est une catastrophe ! », a lancé Charles Poirier, capitaine du Bay Catcher et président du Rassemblement des pêcheurs et pêcheuses des côtes des Îles. 

« Il y en a certainement pour un million de dollars », a-t-il évalué pour quantifier les dégâts. 

Avec des roulottes renversées, des arbres brisés et des marinas inondées, « c’est un gros mess, a affirmé le capitaine du Cap, Adèle Marcel Cormier. « Il y a des dégâts partout. »

Au même moment, l’ouragan Fiona faisait également des siennes en Gaspésie. Le château Dubuc, à Chandler, a littéralement été emporté par les vagues.

La tempête post-tropicale a aussi fait des ravages dans la petite ville côtière de Port aux Basques, située à Terre-Neuve-et-Labrador. Deux femmes y ont été emportées samedi. (Voir autres textes en page 5). 

– Avec la collaboration d’Hélène Fauteux, Agence QMI

DESTRUCTION ET SINISTRÉS

La municipalité des Îles-de-la-Madeleine compte 37 sinistrés.

Il y avait 3470 des 8000 clients d’Hydro-Québec aux Îles-de-la-Madeleine qui étaient sans électricité au plus fort de la crise, à 8 h samedi.

Les rafales les plus importantes au Québec ont été rapportées à Cap Whittle, une île au large de la Côte-Nord. Environnement Canada y a enregistré des vents allant jusqu’à 131 km/h. À partir de 100 km/h, les dégâts à la végétation et les bâtiments peuvent être considérables. À 118 km/h, la destruction devient importante. 

Des vagues de 6 à 8 mètres ont été répertoriées aux Îles-de-la-Madeleine par Environnement Canada.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.