/sports/tennis
Navigation

La « meilleure performance » de Félix

Le Québécois défait Novak Djokovic et contribue à la victoire du Monde à la Coupe Laver

TENNIS-ATP-LAVER-GBR
Photo AFP L’équipe Monde qui a remporté la Coupe Laver dimanche, à Londres. De gauche à droite, le cocapitaine Patrick McEnroe, le capitaine John McEnroe, Taylor Fritz, Félix Auger-Aliassime, Frances Tiafoe, Jack Sock, Alex de Minaur, Diego Schwartzman et Tommy Paul.

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois de sa carrière, Félix Auger-Aliassime s’est offert une victoire contre nul autre que Novak Djokovic, dimanche à la Coupe Laver, disputée à Londres. Une performance que le Québécois a décrite comme « sa meilleure à ce jour ».

À plusieurs occasions dans les derniers mois, le jeune athlète avait livré une farouche opposition aux grands joueurs du circuit.

Il avait obtenu une balle de match contre le numéro 2 mondial à l’époque Daniil Medvedev en Australie. Il avait joué deux manches serrées contre Djokovic à Rome. 

À Roland-Garros, il était devenu le troisième joueur de l’histoire à forcer Rafael Nadal à disputer un cinquième set dans « son carré de sable ». 

Des résultats encourageants, mais des défaites tout de même. Et Félix l’a confirmé dimanche : il s’est présenté sur le terrain avec comme objectif que cette fois soit la bonne. 

« Je me sentais super positif [dimanche], a-t-il affirmé en conférence de presse. J’ai pensé à ce revers contre Djokovic, ainsi qu’à celui contre Medvedev. Je ne voulais pas que le scénario se reproduise. »

Sa persévérance a payé. Même après avoir été brisé d’entrée de jeu dans le match, même après avoir vu l’ancien meilleur joueur au monde revenir de l’arrière dans le second set, Félix a signé une convaincante victoire de 6-3 et 7-6 (3), sous le regard admiratif de son capitaine, l’illustre John McEnroe. 

« J’ai manqué quelques coups droits en deuxième manche, j’ai été brisé à mon tour. Mais j’ai continué à le forcer à sortir ses meilleurs coups, a-t-il analysé. Au bris d’égalité, je me suis accroché et je ne lui ai rien donné. »

Confiance et compréhension

Aidé par sa plus belle arme, son service, le 13e joueur au monde s’est ainsi offert une deuxième victoire d’importance en autant de semaines, après celle contre le nouveau maître du circuit, l’Espagnol Carlos Alcaraz, il y a quelques jours à la Coupe Davis. 

« Ça me donne de la confiance pour la suite. Et ça me permet de comprendre comment l’on obtient ces victoires, a expliqué la fierté de L’Ancienne-Lorette. Car ce n’est pas parce que l’on réussit à les battre une fois que cela va se répéter chaque fois, par magie. »

« Ça me fait découvrir quelles sont mes forces, pour tenter de répéter ces performances », a poursuivi Félix.  

Première pour le Monde

Cette victoire contre Djokovic, septième au classement ATP, était d’autant plus importante qu’elle a procuré de précieux points à l’équipe Monde, dans cette compétition disputée en équipe. 

L’Américain Frances Tiafoe allait ensuite défaire le Grec Stefanos Tsitsipas et permettre au Monde de remporter sa première Coupe Laver, après quatre tentatives infructueuses où l’Europe les avait souvent déclassés. 

Auger-Aliassime semble d’ailleurs bien se plaire dans ces compétitions par équipes. En début de saison, il avait largement contribué au triomphe du Canada à la Coupe ATP.

La semaine dernière, ses performances, dont sa victoire contre Alcaraz, ont permis aux Canadiens d’atteindre les rondes finales de la Coupe Davis.

« Quand je dispute ces événements, j’ai l’impression que cela fait ressortir le meilleur de moi, car je ne joue pas seulement pour moi, mais pour toute mon équipe. Ça me garde positif », a pointé le jeune joueur. 

Le pari de McEnroe

La présence de Félix face à Djokovic constituait un pari audacieux de la part de McEnroe. 

Quelques minutes avant ce match crucial, le Québécois, qui était le joueur le mieux classé de son équipe, disputait un double aux côtés de Jack Sock, face à Andy Murray et Matteo Berrettini. 

Une rencontre remportée par le Monde, qui lui donnait du même coup un bel avantage dans la compétition, gagnée par la première équipe qui atteint 13 points. 

Cette victoire a semblé galvaniser Félix, qui a dit bien se sentir sur le terrain malgré l’énergie qu’il venait de déployer. 

« On pensait qu’il était notre meilleure chance en double, a souligné le cocapitaine, Patrick McEnroe. Et Félix est un jeune homme fort, alors nous n’avions aucune inquiétude à le faire jouer deux matchs de suite. »

« Au final, on a eu l’air de génies, car il a gagné les deux matchs. Mais le crédit lui revient, car c’est lui qui a fait le travail sur le terrain », a-t-il analysé.   


L’ÉQUIPE MONDE TRIOMPHE 13 À 8 

Jour 1

(Chaque victoire vaut 1 point)

  • Alex de Minaur (Monde) défait Andy Murray (Europe)
  • Casper Ruud (Europe) défait Jack Sock (Monde)
  • Stefanos Tsitsipas (Europe) défait Diego Schwartzman (Monde)
  • Jack Sock / Frances Tiafoe (Monde) défont Roger Federer / Rafael Nadal (Europe) 

Jour 2

(Chaque victoire vaut 2 points)

  • Novak Djokovic (Europe) défait Frances Tiafoe (Monde)
  • Matteo Berrettini (Europe) défait Félix Auger-Aliassime (Monde)
  • Taylor Fritz (Monde) défait Cameron Norrie (Europe)
  • Matteo Berrettini / Andy Murray (Europe) défont Jack Sock / Alex de Minaur (Monde) 

Jour 3

(Chaque victoire vaut 3 points)

  • Félix Auger-Aliassime (Monde) défait Novak Djokovic (Europe)
  • Frances Tiafoe (Monde) défait Stefanos Tsitsipas (Europe)
  • Félix A.-Aliassime / Jack Sock (Monde) défont Matteo Berrettini / Andy Murray (Europe) 

La montée en force des jeunes

Félix Auger-Aliassime prêt à retourner la balle de Novak Djokovic lors du duel remporté par le Québécois à Londres.
Photo AFP
Félix Auger-Aliassime prêt à retourner la balle de Novak Djokovic lors du duel remporté par le Québécois à Londres.

Félix Auger-Aliassime qui se paie Novak Djokovic, Frances Tiafoe qui bat Rafael Nadal et Roger Federer aux côtés de Jack Sock.

Le triomphe de l’équipe Monde à la Coupe Laver, 13 à 8 contre l’équipe Europe, dimanche, a fait ressortir encore davantage le phénomène observé au tennis masculin depuis quelques mois : la montée en force de la nouvelle génération. 

« Les jeunes joueurs de l’équipe, et moi y compris, frappons à la porte, a reconnu le Québécois Félix Auger-Aliassime en conférence de presse. Nous gagnons de gros matchs, des tournois importants. C’est un processus de changement de garde qui est normal. » 

Mais Auger-Aliassime ne croit pas pour autant que les jeunes se soient complètement évincés de l’emprise que détiennent Djokovic et Nadal sur le tennis masculin depuis 20 ans.

« Il faut analyser cela match par match, a-t-il précisé. Novak et Rafa ont encore joué de l’excellent tennis cette année. Federer n’avait pas joué depuis un an, alors c’étaient assurément des conditions difficiles pour lui et il a tout de même obtenu une balle de match. » 

Pas besoin de motivation

La performance de Félix en simple et en double, dimanche, combinée à celle de Tiafoe sur Stefanos Tsitsipas, a permis à l’équipe Monde de combler un déficit de 8 à 4 pour mettre la main sur le titre.

Les matchs de la journée du dimanche sont cruciaux à la Coupe Laver. Chaque victoire rapporte trois points, contre deux pour celles obtenues le samedi et un pour celles du vendredi. 

« Je n’ai pas eu à les remotiver [...] On devait gagner trois des quatre derniers matchs, on savait qu’on pouvait le faire, on avait une grande confiance », a expliqué le capitaine de l’équipe, John McEnroe, après la rencontre.

Avec l’AFP 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.