/opinion/columnists
Navigation

Critiquer le port du voile

Coup d'oeil sur cet article

Assister à la révolte de ces Iraniennes qui, au péril de leur vie, brûlent leur voile islamique pour protester contre la mort de Mahsa Amini, arrêtée par la police des mœurs, doit faire réfléchir nos sociétés aveuglées devant ce symbole d’oppression.

Sous prétexte de respecter le droit des femmes de s’habiller comme elles le souhaitent, comme l’a fait la solidaire Christine Labrie, trop de dirigeants et d’élus occidentaux ferment les yeux sur la véritable signification du voile.  

Comme il s’agit d’un symbole d’oppression, qu’il soit porté librement ou non n’a pas d’importance, comme le répète la militante et auteure canadienne Yasmine Mohammed.  

« Le voile n’est pas un vêtement, c’est un drapeau qui exprime la reconnaissance ou la soumission à un programme, celui de l’oppression religieuse des femmes », a déjà écrit l’avocate Wassyla Tamzali, ex-directrice du droit des femmes à l’UNESCO. 

  • Écoutez aussi l'édito de Karine Gagnon à l'émission de Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 8 h 30 via QUB radio :

Critique impossible 

En début d’année, Marie-Claude Girard, retraitée de la Commission canadienne des droits de la personne, exprimait que la critique des pratiques religieuses sexistes est indispensable pour l’avancement des droits des femmes et le respect de l’égalité entre les sexes au Canada. 

Or, en Amérique du Nord, il est devenu pratiquement impossible de critiquer le port du voile, dans le respect, sans risquer de se faire traiter d’islamophobe ou de misogyne.  

Dénonçant cette censure, Mme Mohammed et l’Américaine Masih Alinejad ont lancé le mouvement #LetUsTalk sur les réseaux sociaux. 

La décision du Journal de l’Association médicale canadienne de retirer l’article de Sherif Emil, en 2021, les a motivées. Le pédiatre montréalais avait voulu protester contre la publication, dans ce journal, de la photo d’une enfant portant le hijab.  

« Le respect ne doit pas altérer le fait que le hijab, le niqab et la burka sont aussi des instruments d’oppression pour des millions de filles et de femmes dans le monde qui n’ont pas la possibilité de faire un choix », faisait-il valoir. 

Comme société dite libérale, nous avons le devoir de mettre fin à l’aveuglement volontaire.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.