/weekend
Navigation

Le fils: le retour de Vincent-Guillaume Otis au théâtre

Vincent-Guillaume Otis
photo courtoisie, François Laplante Delagrave Vincent-Guillaume Otis lors d’une répétition de la pièce Le Fils qui sera présentée au Théâtre du Rideau Vert.

Coup d'oeil sur cet article

Vincent-Guillaume Otis revient à ses premières amours cet automne en jouant dans la pièce Le Fils au Théâtre du Rideau Vert.

Le comédien qui s’est illustré dans la série télévisée District 31 durant six ans n’avait pas foulé les planches depuis 2018, lorsqu’il était monté sur scène dans L’orangeraie, au Théâtre Denise-Pelletier.

«Il était temps que je recommence et cela fait du bien, car je me considère d’abord comme un acteur de théâtre, confie-t-il en entrevue téléphonique. J’ai étudié ça. C’est mon métier premier.» 

Il s’est toutefois rendu compte qu’il était un peu rouillé lors de ses premières répétitions.  

«J’avais l’impression d’avoir perdu mes repères. Le théâtre demande une implication totale du corps, du bout de l’orteil jusqu’à celui du cheveu. Au cinéma ou à la télévision, c’est la caméra qui décide. Ce n’est pas le même rapport.»

«On dirait que je ne savais pas quoi faire avec mes mains, où regarder, mais c’est revenu. Être un acteur de théâtre, tu ne peux pas apprendre cela sur le tas. C’est très technique.»

Celui qui œuvre dans le milieu depuis près de 25 ans est cependant bien entouré grâce à l’expérimenté René-Richard Cyr à la mise en scène, avec qui il a travaillé plusieurs fois.

«Il est apaisant et rassurant, mentionne Vincent-Guillaume Otis. Je peux m’abandonner en toute confiance avec lui. Sans dénigrer qui que ce soit, René-Richard est probablement le plus grand directeur d’acteurs au Québec. Sa grande force, c’est d’accompagner le comédien. Que tu joues le premier rôle ou celui qui ouvre une porte, il va collaborer avec toi avec la même rigueur et intelligence.»

Jouer un père

Écrite par le Français Florian Zeller, Le Fils raconte l’histoire d’un adolescent qui vit une mauvaise passe et qui s’éloigne de ses parents divorcés. Il va s’installer chez son père qui a refait sa vie avec une plus jeune conjointe, avec qui il a eu un enfant. Il s’agit du troisième volet d’œuvres sur les rapports familiaux qui comprend aussi La Mère (2010) et Le Père (2012) par cet auteur.

Vincent-Guillaume Otis tient le rôle du père. 

«C’est une première pour moi d’incarner un homme qui doit gérer un ado et qui a beaucoup de responsabilités familiales et professionnelles, dit ce père de trois enfants. Je le fais avec beaucoup de plaisir.»

Il souligne que cette œuvre touche des thèmes très actuels comme la dépression et l’anxiété vécues par le fils, le sentiment de culpabilité charrié par les parents qui tentent tant bien que mal de faire de leur mieux et les obstacles liés aux familles recomposées.

«C’est une pièce bouleversante et d’une grande intelligence, mentionne-t-il. Ce n’est pas moralisateur. On n’est pas dans une comédie légère. Ce sera un défi émotif de porter ça soir après soir.»

Retour dans le passé

Émile Ouellette, qui sort tout juste de l’École nationale de théâtre, se glisse dans la peau du fils. En répétitions, Vincent-Guillaume Otis tente de reproduire avec lui ce qu’il avait vécu il y a une vingtaine d’années comme tout jeune comédien avec Jean-François Pichette, qui était plus vieux que lui.

«Je m’inspire de comment Jean-François avait été avec moi, dit-il. Il était très accompagnant, mais pas paternaliste. Il était ouvert et vulnérable, mais très déterminé grâce à son expérience.»

«Je n’essaie pas de montrer à Émile ce qu’est le métier», ajoute-t-il.

Ses années de travail lui on fait constater une chose qui pourrait servir de conseil pour son jeune collègue et qui s’applique à bien d’autres domaines.

«J’ai vécu assez pour savoir qu’on est à la fois toujours meilleur qu’on pense et moins bon qu’on pense», dit Vincent-Guillaume Otis. C’est avec cette attitude du «ni trop haut ni trop bas» qu’il compte donc relever ce nouveau défi.


♦ Le Fils est présentée au Théâtre du Rideau Vert du 27 septembre jusqu’au 29 octobre.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.