/world/pacificasia
Navigation

Philippines: 6 morts lors du passage du typhon Noru

Philippines: 6 morts lors du passage du typhon Noru
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le typhon Noru, le plus puissant enregistré cette année aux Philippines, a provoqué la mort de six personnes, ont annoncé lundi les autorités.  

• À lire aussi: Japon: le typhon Talas fait deux morts et provoque des coupures électriques

• À lire aussi: Typhon Nanmadol au Japon: quatre morts, plus de 100 blessés

Cinq secouristes ont été tués pendant son passage, alors qu'ils se trouvaient dans un village inondé. 

«Ils avaient été déployés par le gouvernement provincial dans une zone inondée», à Santa Maria, a dit le lieutenant-colonel Romualdo Andres, chef de la police de la municipalité de San Miguel, près de Manille. 

Selon M. Andres, les sauveteurs pataugeaient dans les eaux de crue lorsqu'un mur s'est effondré sur eux, les projetant dans le courant rapide.

La sixième victime, un homme âgé, est mort, emporté par un glissement de terrain dans la municipalité de Burdeos, sur les îles Polillo, dans la province de Quezon, où le typhon a touché terre, a précisé Garner Jimenez du bureau local de la défense civile.

Philippines: 6 morts lors du passage du typhon Noru
AFP

Dimanche, Noru a infligé des vents violents et de fortes pluies sur l'île principale de Luçon, très peuplée. Le typhon avait touché terre à 17 h 30 locales (9 h 30 GMT) dans la municipalité de Burdeos sur les îles Polillo, qui font partie de la province de Quezon.

Accompagné de vents de 195 km/h, il s'agit du typhon le plus puissant enregistré cette année dans le pays. 

Près de 75 000 personnes ont été évacuées avant la tempête, les services météorologiques avertissant sur le risque de grandes inondations dans les zones vulnérables du pays.

La municipalité de Burdeos a été particulièrement touchée. Des vents féroces ont arraché des toits et abattu de grands arbres, tandis que de fortes pluies ont inondé les maisons riveraines, a déclaré Ervin Calleja, un enseignant de 49 ans. 

«C'était vraiment inquiétant», a-t-il confié à l'AFP par téléphone.

Mais aucun dégât de taille n'avait été identifié lundi. 

«Vous pourriez penser qu'on en a trop fait", a déclaré le président Ferdinand Marcos Jr lors d'un briefing. «Il n'y a rien de tel que d'en faire trop quand il s'agit de catastrophes», a-t-il ajouté.

Philippines: 6 morts lors du passage du typhon Noru
AFP

Les Philippines sont frappées par une vingtaine de typhons chaque année, phénomène qui a tendance à s’aggraver en raison du changement climatique, selon les scientifiques. 

Il y a neuf mois, un autre super-typhon avait fait plus de 400 morts dans le centre et le sud du pays.

Un typhon est qualifié de «super-typhon» quand ses vents dépassent une certaine vitesse, le seuil variant selon les services météorologiques nationaux (aux Philippines ce seuil est de 185 km/h).

La vitesse des vents accompagnant Noru a augmenté de 90 km/h en seulement 24 h, une intensification «sans précédent», a estimé le prévisionniste météo Robb Gile.

«Intensification explosive»

«Les typhons sont comme des moteurs, ils ont besoin de carburant et d’un pot d’échappement pour fonctionner», a expliqué M. Gile.

Selon lui, Noru, né dans le Pacifique, «a un bon carburant parce qu’il a plein d’eaux chaudes le long de sa trajectoire, et il a un bon échappement dans les couches supérieures de l’atmosphère. C’est une bonne recette pour une intensification explosive».

D’après le service météorologique, la vitesse du vent pourrait atteindre 205 km/h sur la terre ferme.

Philippines: 6 morts lors du passage du typhon Noru
AFP

Le service a mis en garde contre des inondations, des glissements de terrain et de fortes vagues dans les régions affectées. Les écoles resteront fermées lundi et le trafic maritime a été suspendu.

Dans la région de Manille, frappée par le typhon 100 km au nord-est de la capitale où résident 13 millions de personnes, des évacuations obligatoires étaient en cours dans quelques secteurs à haut risque, dont des bidonvilles situés en bordure des fleuves.

«J’ai évacué la maison où je vis, car j’ai peur de la montée rapide des eaux», a expliqué à l’AFP Gloria Pérez, 68 ans, qui fait partie d’un groupe accueilli sous des tentes installées sous les toits d’un court de basketball. «J’ai déjà vécu ça et je ne veux pas le revivre».

Des dizaines de vols depuis ou vers la capitale des Philippines ont été suspendus lundi.

Plus de 8 300 personnes ont quitté leurs maisons avant l’arrivée du typhon, dont des résidents de plusieurs communes de la province de Quezon, selon les autorités.

Dans la province voisine d’Aurora, des résidents de la municipalité de Dingalan ont eux aussi été envoyés dans des abris.

«On a dit aux personnes qui vivent près de la côte d’évacuer. Nous vivons loin de la côte, alors nous sommes restés. Nous sommes plus inquiets de l’eau qui vient des montagnes», a déclaré Rhea Tan, 54 ans, restauratrice à Dingalan.

Le typhon devrait faiblir pendant son passage au-dessus de l’île de Luçon, avant de s’éloigner en mer de Chine méridionale lundi en direction du Vietnam.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.