/news/green
Navigation

Ouragan Fiona: la prévention a fait une différence, selon Geneviève Guilbault

Coup d'oeil sur cet article

La vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, s’est félicitée, dimanche, pour les 16 M$ engagés par son ministère aux Îles-de-la-Madeleine pour des travaux de prévention contre les changements climatiques qui ont fait une différence importante lors de l’ouragan Fiona, selon elle. 

• À lire aussi: Ouragan Fiona: Hydro Ottawa envoie du renfort en Nouvelle-Écosse

• À lire aussi: Tempête Fiona: le chef du PQ s’envolera pour les Îles-de-la-Madeleine

Lors d’une visite éclair dans l’archipel, dimanche après-midi, elle s’est notamment rendue sur le site historique de La Grave, à Havre-Aubert, où une recharge de plage au coût de plus de 7 M$ a notamment permis de protéger les bâtiments patrimoniaux contre les vagues déferlantes de l’ouragan Fiona.

Hélène Fauteux / Agence QMI

«On est venus constater l’ampleur des dégâts et, effectivement, je pense que ça aurait pu être pire, a souligné Mme Guilbault. Je pense que le niveau de préparation et la capacité d’intervention de la Municipalité, en soutien avec les partenaires, ont été assez impressionnants. Ce qui fait que somme toute, nous n’avons aucun blessé et aucun décès. C’est important, parce que notre premier souci c’est la sécurité.»

  • Écoutez la rencontre Lisée - Mulcair avec Martineau diffusée chaque jour en direct 8h50 via QUB radio :

Cela dit, il y a aussi eu des dégâts, admet la ministre, entre autres sur le site de La Grave, où la surcote de marée de samedi matin a eu pour effet de submerger le secteur et d’en inonder les bâtiments. Le ministère de la Sécurité publique ouvrira un bureau dans l’archipel, cette semaine, pour accélérer le traitement des demandes d’indemnisation des sinistrés, a-t-elle précisé.

Hélène Fauteux / Agence QMI

«Notre programme général couvre tous les risques non assurables, essentiellement dans le cas d’inondations, a indiqué Geneviève Guilbault. On est déjà prêt à accompagner les gens dans ce processus et ça peut aller très vite.»

La ministre de la Sécurité publique fait aussi valoir que son gouvernement dispose d’une enveloppe de 6,7 milliards dans le cadre de son Plan pour une économie verte, dont une somme d’un milliard est destinée à la prévention et à l’adaptation en matière de changements climatiques. À cet effet, l’ingénieur de la Municipalité des Îles, Jean Hubert, anticipe des discussions pour une demande groupée de la part des propriétaires de La Grave, notamment pour mettre leurs bâtiments sur pilotis.

Hélène Fauteux / Agence QMI

«Il y a déjà cinq des 45 bâtiments du secteur sur pilotis, a-t-il dit. Ça représente des coûts importants, mais une fois que les bâtiments sont sur pilotis – et il y en a de plus en plus aux Îles –, l’eau arrive, passe en dessous, l’eau s’en va et c’est fini. Parce qu’on va revivre d’autres épisodes de submersion, tels que ceux provoqués par Fiona.»

Richard Dupuis / Agence QMI

Jean Hubert a profité de la visite de la ministre de la Sécurité publique pour lui montrer l’impact qu’il a eu sur les travaux en cours pour stabiliser la falaise du centre-ville de Cap-aux-Meules. L’ouragan Fiona a eu pour effet de lessiver une partie de la recharge de plage, déjà au tiers de son état d’avancement. Il en découle un retard d’une semaine, évalué à 166 000$, sur l’échéance du contrat de 12 M$ qui devait prendre fin en décembre.

«C’est un exemple de ce qu’on a déjà été capable d’évaluer, a expliqué Geneviève Guilbault. Mais avant de faire une évaluation exhaustive de tous les dommages et de leurs coûts, ça va prendre quelques mois.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.