/news/society
Navigation

Ils adoptent des chauves-souris comme chasse-moustiques

Un nichoir peut accueillir jusqu’à 650 chauves-souris chez vous

Stephen Morel dans son atelier en Montérégie où il construit ses cabanes pour chauves-souris, comme celle sur laquelle il est accoudé.
SIDNEY DAGENAIS /Agence QMI Stephen Morel dans son atelier en Montérégie où il construit ses cabanes pour chauves-souris, comme celle sur laquelle il est accoudé.

Coup d'oeil sur cet article

De plus en plus de Québécois installent des cabanes pour chauve-souris dans leur cour arrière dans l'espoir de lutter de manière écologique contre les moustiques qui envahissent leur propriété.  

«Au début, je me suis dit ayoye, c’est quoi ces cabanes-là? Les gens aiment vraiment ça? Mes clients sont tannés et ils ont de la difficulté à profiter de l’extérieur sans se faire piquer. Ils veulent une solution écologique», lance Stephen Morel. 

Stephen Morel dans son atelier en Montérégie où il construit ses cabanes pour chauves-souris, comme celle sur laquelle il est accoudé.
SIDNEY DAGENAIS /Agence QMI

L’entrepreneur en construction, qui se fait désormais surnommer le «Batman de Saint-Lazare» où il habite, fait des affaires d’or avec cette nouvelle idée d’entreprise lancée en avril dernier. 

Une des cabanes construites par M. Morel, installée ici sur un tronc d’arbre, tel qu’il le recommande pour mieux attirer les bêtes.
Photo tirée de Facebook
Une des cabanes construites par M. Morel, installée ici sur un tronc d’arbre, tel qu’il le recommande pour mieux attirer les bêtes.

«On a fait une publication Facebook avec le premier nichoir pour chauve-souris vendu. C’est devenu viral et tout le monde m’écrivait. [...] Les gens aiment vraiment l’idée», s’étonne M. Morel. 

Engouement monstre

En tout, il a vendu cet été plus de 200 maisons pour ces mammifères. Les nichoirs peuvent d’ailleurs accueillir jusqu’à 650 chauves-souris et valent entre 50$ et 150$. 

Stephen Morel dans son atelier en Montérégie où il construit ses cabanes pour chauves-souris, comme celle sur laquelle il est accoudé.
SIDNEY DAGENAIS /Agence QMI

«C’est fou. On en vend tellement grâce aux réseaux sociaux que ç’a pris le monopole de mon business. La plupart de ceux qui en commandent sont à Saint-Lazare et dans les alentours», confie l’entrepreneur. 

Mélinda Kajdi, une de ses clientes de Rigaud, rêvait depuis longtemps d’adopter ces petites bêtes chez elle. 

Mélinda Kajdi, de Rigaud, pose devant l’arbre où elle a installé sa maison pour chauves-souris chez elle.
Photo courtoisie, Melinda Kajdi
Mélinda Kajdi, de Rigaud, pose devant l’arbre où elle a installé sa maison pour chauves-souris chez elle.

«J’ai des animaux et je ne voulais pas me débarrasser des maringouins avec des produits chimiques comme les insecticides. C’était la première fois que je voyais que ça se vendait ici. Ce n’est pas encore très populaire au Québec, contrairement en Europe», explique Mme Kajdi. 

«On l’a installé le mois dernier. Beaucoup de gens pensent que c’est dangereux et qu’elles peuvent nous mordre, mais pas du tout. C’est un animal calme et ils ne nous ont jamais attaqués. C’est un mythe», ajoute-t-elle. 

Un coup marketing?

François Fabianek, un biologiste spécialisé dans les chauves-souris, affirme toutefois que ces «maisons» construites par les humains ne sont «pas vraiment utilisées» par les chauves-souris. 

«Je vais peut-être vous décevoir, mais si on veut vraiment des chauves-souris chez soi, l’idéal est de planter des arbres. Un tronc, c’est leur maison préférée. Je ne crois pas que ce monsieur veut mal faire, mais c'est du marketing. Souvent, on se dit qu’on va acheter quelque chose pour aider la nature, mais c’est malheureusement souvent l’inverse», note M. Fabianek. 

Ce dernier précise aussi que les chauves-souris mangent peu de moustiques, entre 100 et 200 insectes par nuit. Selon le spécialiste, les adopter pour se débarrasser des maringouins est donc une «fausse bonne idée». 

«Elles préfèrent les papillons de nuit. Du point de vue énergétique, les petits moustiques, ça n’apporte pas grand-chose. Vous pouvez installer un nichoir, mais les études montrent qu’il ne faut pas s’attendre à des résultats concluants avec ces maisons artificielles», évalue le biologiste. 

François Fabianek indique finalement que les maisons pour chauves-souris fonctionnent très bien en Europe, contrairement au Québec. «Ils ont plus d’espèces en France par exemple que chez nous. La plupart d’entre elles s'adaptent plus facilement et sont moins capricieuses. Elles dorment par exemple dans les volets des fenêtres la nuit», conclut-il.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.