/finance/pme
Navigation

Une brique recyclée en 10 secondes grâce à un appareil de conception québécoise

L'appareil rentabilise la réutilisation de ce matériau et accroît la productivité

Tommy Bouillon
Photo Pierre-Paul Poulin Tommy Bouillon, et son Brique Recyc, qui permet de nettoyer et de récupérer les briques sur les chantiers de construction.

Coup d'oeil sur cet article

Chaque année, des tonnes de briques encore en bon état sont mises au rebut. Il est maintenant possible de les réutiliser grâce à une invention québécoise.

Avec l’aide de partenaires, Tommy Bouillon, propriétaire de Maçonnerie Gratton, a mis au point la machine Brique Recyc qui permet de nettoyer les briques de leurs résidus de mortier et de les réutiliser pour reconstruire un mur. Une solution qui en plus d’être écologique résout un problème de main-d’œuvre.

«Jusqu’à maintenant, le nettoyage ne pouvait se faire que manuellement au marteau, brique par brique. La machine, qui est munie de lames au diamant, nettoie les briques en moins de 10 secondes et presque sans perte. C’est un énorme gain de temps», souligne Tommy Bouillon.

Brique Recyc est présentement utilisé sur des chantiers au Québec et en Ontario, menés par Maçonnerie Gratton et Atwill Morin, concernant des multilogements et des copropriétés de quatre étages et moins. 

Tommy Bouillon
Photo Pierre-Paul Poulin

La machine est montée directement sur les échafaudages et peut être conduite par un seul travailleur. 

«Déconstruire et reconstruire un mur peut maintenant se faire avec quatre employés plutôt que cinq. On gagne ainsi en productivité», affirme M. Bouillon qui s’est lancé dans la fabrication de son invention. 

Forte demande

D’autres entrepreneurs en maçonnerie s’intéressent à Brique Recyc. Au Québec, la commercialisation de la machine a toutefois été retardée. 

«On était en attente de la décision de la CCQ [Commission de la construction du Québec] pour savoir quel métier pouvait opérer l’équipement, explique l’entrepreneur. Elle est finalement venue en juin dernier.» 

En attendant, c’est la France qui s’est arraché Brique Recyc. 

«On a vendu toute notre première série en Europe. En France, la réglementation est stricte en matière de récupération des matériaux, ce qui fait que les entreprises de maçonnerie là-bas ont montré un grand intérêt envers notre machine», explique Tommy Bouillon.

Les entrepreneurs d’ici devront attendre le début du printemps 2023 pour recevoir leur Brique Recyc en voie de fabrication. 

Nombreux Impacts positifs

Tommy Bouillon estime que la réutilisation des briques sur un mur de 1000 pieds carrés (90 m2) évite des émissions polluantes équivalentes à 5,9 tonnes de gaz carbonique, soit l’équivalent d’une voiture de moins sur les routes pendant un an. Imaginez quand Brique Recyc sera utilisé sur des centaines de chantiers québécois !

L’impact de la machine n’est pas qu’environnemental. Les propriétaires de bâtiments peuvent aussi économiser gros en récupérant le matériau. 

«Le gain est difficile à chiffrer, mais il est important, assure le propriétaire de Maçonnerie Gratton. En plus de limiter l’achat de briques neuves, la machine permet d’économiser sur les frais de location de conteneurs pour les déchets de construction. Les propriétaires n’ont ainsi plus besoin de demander un permis d’occupation du domaine public qui peut coûter jusqu’à 500 $ par jour. C’est sans parler des coûts de main-d’œuvre qui sont moindres.»

Maçonnerie Gratton

  • Date de fondation : 2007
  • Activité : entreprise de construction
  • Actionnaires : Tommy Bouillon, David Dufour
  • Nombre d’employés : 20
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.