/sports/others
Navigation

Geneviève Jeanson refait surface pour aider les jeunes

L’ancienne cycliste déchue partagera son histoire avec l’organisme Sport’Aide

Coupe du Monde de Cyyclisme Feminin
Photo d'archives Geneviève Jeanson, que l’on voit ici lors d’une Coupe du monde à Montréal em2005 (en avant au centre), souhaite promouvoir un sport sain et sécuritaire et prévenir les jeunes athlètes des pièges qui les guettent.

Coup d'oeil sur cet article

Geneviève Jeanson fait un pas de plus pour aider les jeunes à pratiquer leur sport de façon saine et sécuritaire.

Suspendue à vie par l’Association cycliste américaine après avoir échoué à un test antidopage en juillet 2005, l’ancienne cycliste a écrit une lettre à l’Union cycliste internationale en 2020 pour dénoncer une sanction qu’elle ne jugeait pas assez sévère décernée au gérant d’une équipe belge qui avait commis de nombreux abus.

Dans une collaboration avec Sport’Aide, Jeanson franchit une autre étape et devient porte-parole de l’organisme dont la mission est de mettre en œuvre des initiatives favorisant un environnement sportif sain et sécuritaire. 

Victimes d’abus

Elle partage son histoire par le biais d’un balado qui sera dévoilé aujourd’hui à Montréal. Une bande dessinée suivra, vendredi. 

« Je suis content fois 1000, illustre le directeur général de Sport’Aide, Sylvain Croteau, ravi de pouvoir compter sur l’ancien athlète. Geneviève représente une image forte avec son parcours et son vécu. C’est malheureux, mais elle coche toutes les cases. » 

« Elle a été victime d’abus physiques, sexuels et psychologiques au cours de sa carrière en plus de vivre l’intimidation et l’exclusion, de poursuivre Croteau. Son entraîneur l’a isolée et ses coéquipières n’en voulaient plus. Geneviève est un personnage fort pour porter le message du sport sain. La pratique sportive peut être positive. »

Les mauvais choix

Il souhaite que l’engagement de Jeanson permette de sensibiliser les jeunes qui vivent une situation similaire à demander de l’aide. 

« On comprend maintenant qu’elle a fait de mauvais choix, mais tu n’as pas tout ce qu’il faut pour prendre les bonnes décisions à un si jeune âge, souligne-t-il. C’est facile d’être influencé et de vivre une expérience sportive négative. »

Depuis 2008, après avoir lu l’Affaire Jeanson du journaliste Alain Gravel, Croteaux souhaitait la rencontrer. 

« Ma femme a accouché dans la nuit du 17 au 18 décembre et j’ai eu le temps de lire le livre puisque le travail a été long, raconte-t-il. Je me disais que ça n’avait pas de sens ce qu’elle avait vécu et que je voulais la rencontrer. »

Croteau ne voulait rien brusquer. 

Merci à Louis Barbeau

Le directeur général de la Fédération québécoise des sports cyclistes, Louis Barbeau, a facilité l’approche. 

« Après avoir discuté longuement avec Geneviève, Louis m’a contacté pour me dire que le moment serait bien choisi pour une rencontre. Lors de notre rencontre, j’étais convaincu après cinq minutes que Geneviève voulait s’impliquer pour les bonnes raisons et non pas pour redorer son image. Elle veut redonner aux jeunes et contribuer au changement. Elle est heureuse, elle se reconstruit même si ce n’est pas terminé et qu’il s’agit d’un travail quotidien. C’est impressionnant. »

L’enregistrement du balado s’est déroulé en juin. 

« Elle a été généreuse et a fait preuve d’un grand aplomb, souligne Croteau. On souhaite que la collaboration se poursuive, mais je veux aller à son rythme. Il y a beaucoup d’intérêt. Avec tout ce qu’elle a vécu, elle a droit à un retour d’ascenseur. » 

À cœur ouvert dans une touchante lettre 

Geneviève Jeanson au Tour cycliste féminin du Grand Montréal, en 2005.
Photo d'archives
Geneviève Jeanson au Tour cycliste féminin du Grand Montréal, en 2005.

L’ancienne cycliste partage son histoire par le biais d’une lettre qu’elle adresse à la petite Geneviève publiée sur le site de Sport’Aide.

La femme de 41 ans raconte tout le plaisir qu’elle avait à pédaler quand elle a fait ses débuts et le moment où le tapis s’est mis à se dérober sous ses pieds quand elle a connu de beaux succès et que, ultimement, tout a basculé.

« J’aimais tellement monter mon vélo que, tranquillement, je me suis tournée vers les compétitions où j’ai rapidement confirmé un certain talent. Bref, la voie s’ouvrait pour moi... avec tous les rêves que la réussite peut laisser miroiter. »

Descente aux enfers

Le désir de gagner à tout prix a contribué à sa descente aux enfers. 

« Si tu n’es pas prudente, tu pourrais même en venir à privilégier la performance coûte que coûte et à t’imposer certaines choses simplement parce qu’on t’aura convaincue que c’est ce que tu dois faire. Fais-toi confiance et fais tes propres choix. Crois en toi et questionne-toi. »

Le plaisir est à la base de tout. 

« C’est important que tu te respectes et que tu te sentes bien. Tout le temps ! Si t’as une boule dans l’estomac, le cœur lourd ou l’esprit embrouillé, ce n’est pas normal. Crois-moi Geneviève, rien de tout ça n’est normal. Je peux t’en parler, car je l’ai malheureusement vécu. Ça et cette maudite obsession de gagner. »

« On te dira que j’ai fait de mauvais choix, de poursuivre Jeanson. Oui, c’est vrai, mais quelle autre solution avais-je ? J’étais seule. J’avais peur que personne ne me croie et j’avais aussi peur de tout perdre. J’avais tellement peur de tout que j’en étais même venue à me souhaiter un accident à vélo. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.