/opinion/columnists
Navigation

La CAQ, c'est comme un tour en ponton...

Coup d'oeil sur cet article

Mon père était le roi de la litote.

Au lieu de dire qu’une fille était belle, il disait qu’elle n’était pas laide.

Et au lieu de dire que le souper que ma mère avait préparé était bon, il disait qu’il n’était pas mauvais. 

Dehors, l’hiver, il ne faisait pas chaud. L’école que je fréquentais n’était pas loin. Le loyer que mon père payait n’était pas cher. 

Et tout le reste était pas pire.

  • Écoutez aussi la rencontre Martineau - Dutrizac diffusée chaque jour en direct 11 h via QUB radio :

PAS DE VAGUES

J’ai l’impression que c’est comme ça que les Québécois perçoivent le gouvernement Legault.

Il n’est pas mauvais.

Pas extraordinaire, non : juste pas mauvais. 

Pour un Québécois – qui, comme Obélix, s’attend toujours à ce que le ciel lui tombe sur la tête –, c’est déjà beaucoup. 

On ne vote pas pour la CAQ parce qu’on trouve que c’est le meilleur parti des cinq, mais parce qu’on trouve que c’est le moins pire. 

Le PQ, c’est des chicanes, le PLQ, c’est les anglos, le PCQ, c’est des crackpots et QS, c’est des gratteux de guitare. 

Faqu’on va prendre mononcle. 

Il est planplan, mononcle, mais au moins, il ne foutra pas le bordel. 

Ça va être tranquille.

Un beau p’tit tour de ponton pendant quatre autres années.

Une p’tite bière, un p’tit sandwich pas de croûte, et pout pout pout autour du lac. 

Pas de vagues, pas de nausées, pas de maux de cœur.

C’est ça que ça donne quand ta population vieillit à la vitesse grand V. 

Tu recherches la tranquillité. 

Et l’inconnu te fait peur.

Juste l’idée de te rendre à la Caisse pop en voiturette électrique t’angoisse. 

C’est ça que nous promet François Legault : faire un p’tit tour de machine dans le quartier. 

En écoutant des chansons qu’on connaît par cœur. 

Le Québec comme Résidence Soleil. 

Tiens, à soir, je pense que je vais faire une folie. Je vais prendre de la tourtière au lieu d’un hot chicken

(À la CAQ, on appelle ça un remaniement ministériel.)

  • Écoutez l'édito de Richard Martineau diffusé chaque jour en direct 8 h 45 via QUB radio :

LA MAISON DU SPAGHETTI

Ça doit être nos racines normandes. 

Une ceinture, ce n’est pas suffisant, faut aussi mettre une paire de bretelles pour être sûr qu’on se retrouvera pas les fesses à l’air. 

Et puis, pour ce qui est de la vitesse, c’est un pied sur le gaz, un pied sur le frein.

On a une loi 21, mais elle a une clause grand-père et ne vise que les fonctionnaires en position d’autorité.

On a une loi 96, mais on n’appliquera pas la loi 101 aux cégeps. 

Et notre stratégie constitutionnelle se limitera à aller frapper à la porte de Justin chaque matin. 

Et si jamais le PM du Canada nous claque la porte dans la face lundi, on ne pognera pas les nerfs, non.

On va faire comme dans la chanson : «Puisque c’est comme ça, on reviendra mardi...»

Voter CAQ, c’est manger du manger pas trop épicé. 

Et regarder un film que t’as déjà vu.

D’ailleurs, dans ce parti, il y a plein de candidats qu’on a déjà vus ailleurs. 

C’est comme un film avec Rémy Girard, t’es pas dépaysé. 

La CAQ, c’est comme La Maison du spaghetti ou Le Chalet BBQ.

Tu sais ce que tu vas manger.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.