/misc
Navigation

L’indignation à géométrie variable de Poilievre

chefferie conservateurs
Photo d'archives, Agence QMI Le chef conservateur Pierre Poilievre s’est adressé à ses partisans au Centre Shaw, à Ottawa, le 10 septembre dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Des «ordures» et des «losers».

Pierre Poilievre a enfin trouvé l’occasion de se dissocier clairement de fiers-à-bras de l’extrême droite. 

Et il l’a fait dans les mots les plus durs. Des mots pas très parlementaires.

Visiblement, M. Poilievre voulait qu’on le sache.

On peut comprendre Pierre Poilievre et sa conjointe d’être outrés, choqués, bouleversés.

Un influenceur d’extrême droite, Jeremy Mackenzie, a récemment tenu des propos violents, racistes et dégradants envers la femme du chef de l’opposition.

Dans un récent épisode de podcast, Mackenzie dit qu’il souhaitait violer Anaida Poilievre, une Québécoise d’origine vénézuélienne.

Je vous épargne le reste des propos odieux qu’il a tenus, entrecoupés du rire bien gras de son invité.

Mackenzie ne s’adresse pas au néant. Des milliers de personnes le suivent sur les réseaux sociaux. 

À géométrie variable

Ce que Pierre Poilievre et sa conjointe ont vécu est inacceptable et dégoûtant. Lundi, ils ont porté plainte à la GRC.

Personne ne devrait être le sujet de tels propos.

Mais force est de constater que M. Poilievre a l’indignation à géométrie variable, lui qui n’a jamais levé le petit doigt pour calmer les ardeurs de la meute de trolls qu’il attise. 

Le nouveau chef de l’opposition a été vu avec plusieurs leaders de la frange conspi-antivax dans les derniers mois. 

Il a serré la main de Mackenzie lui-même dans l’un de ses rassemblements. Sa réaction a été de se moquer de ceux qui se posent des questions sur leurs liens.  

Impossible, se défend-il, de tout savoir sur ceux qui participent à ses rassemblements. 

Donnons-lui le bénéfice du doute. Mais notons seulement que Mackenzie a fait la manchette d’un bout à l’autre du pays pour son implication dans le «convoi de la liberté», l’hiver dernier. 

Le fier-à-bras en question est loin d’être en enfant de chœur. Il a été arrêté au début de l’année pour possession illégale d’armes à feu et de substances explosives. 

Et le vétéran qui a servi en Afghanistan n’en était pas à ses premiers démêlés avec la justice.

M. Poilievre pouvait-il vraiment ne pas le connaître? Mais surtout, pourquoi ne pas l’avoir dénoncé clairement, à l’époque, au lieu de s’esquiver?

De l’huile sur le feu

Le problème, c’est que quand les journalistes posent des questions légitimes sur les liens entre M. Poilievre et ces messieurs, ils sont inondés d’insultes sur les réseaux sociaux. 

Au lieu de calmer le jeu, le chef conservateur préfère jeter de l’huile sur le feu en pointant du doigt personnellement des journalistes.

Le résultat : une déferlante encore plus atroce de propos haineux et menaçants à leur endroit. 

M. Poilievre est même allé jusqu’à faire du financement politique sur le dos des journalistes – souvent des femmes – qui osent faire leur travail.

Pierre Poilievre a toujours eu beaucoup de difficulté à condamner les actes haineux qui visent quiconque sauf lui-même ou les membres de sa famille personnelle et politique.

Il a réprouvé du bout des lèvres le harcèlement dont a été victime la vice-première ministre Chrystia Freeland. 

On ne parle pas ici de menaces sur les réseaux sociaux. 

Le grand gaillard qui a apostrophé Mme Freeland le mois dernier en Alberta en la traitant de tous les noms se trouvait à quelques pouces d’elle. 

Leçon

Pierre Poilievre a habilement puisé avec succès dans les platebandes de Maxime Bernier pour remporter de façon écrasante la course à la direction de son parti. 

Maintenant qu’il est chef, les conservateurs se détachent des libéraux dans les intentions de vote grâce à l’effondrement des appuis de Maxime Bernier. 

Pierre Poilievre sait maintenant de première main de quoi sont capables les éléments plus extrêmes de cette frange de l’électorat.

Lui qui sait manier le chalumeau, apprendra-t-il à utiliser le couvercle pour faire baisser la température?

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.