/world
Navigation

Entre Washington et Moscou, le «téléphone rouge» chauffe à nouveau

Entre Washington et Moscou, le «téléphone rouge» chauffe à nouveau
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Ce n'est un «téléphone rouge» que dans les films, mais les communications de crise entre Washington et Moscou, ouvertes pendant la Guerre froide, ont repris sur fond de menaces russes de recourir à l'arme nucléaire en Ukraine. 

• À lire aussi: Référendums en Ukraine: un outil supplémentaire dans la guerre de l’information de Poutine

• À lire aussi: Nord Stream: une 4ème fuite, l'OTAN dénonce un sabotage, Moscou un «État» étranger

• À lire aussi: Poutine veut finaliser l'annexion de régions ukrainiennes vendredi

Jake Sullivan, le plus haut conseiller à la sécurité du président Joe Biden, l'a confirmé.

Au journaliste qui lui demandait si le «téléphone rouge fonctionnait à nouveau», il a répondu, le 25 septembre sur la chaîne NBC, «la réponse à votre question est oui» avant de préciser «nous avons la capacité de parler directement à un haut niveau [aux Russes], de leur dire clairement quel est notre message et d'entendre le leur».

«Cela s'est produit fréquemment ces derniers mois, cela s'est même produit ces derniers jours», a indiqué Jake Sullivan, qui n'a pas voulu livrer de détails sur la nature exacte des canaux de communication employés, afin de «les protéger», ni sur la fréquence des échanges.

Des communications confidentielles

L'expression «téléphone rouge» en est venue, au fil du temps, à désigner tous les contacts confidentiels de haut niveau et de nature urgente entre Washington et Moscou.

Mais il s'agit au départ d'un dispositif bien spécifique instauré en 1963 entre les États-Unis et l'Union soviétique.

  •  Ne ratez pas l'émission de Mario Dumont, diffusée chaque jour en direct ou en balado, dès 15 h 30 sur QUB radio :  

En octobre 1962, la crise des missiles de Cuba faisait trembler le monde entier.

L'absence de communication directe favorisait les spéculations sur les intentions du camp adverse, et donc sur le risque d'escalade nucléaire. Il fallait alors plusieurs heures pour transmettre, traduire et crypter les messages entre Moscou et Washington.

Les deux pays ont alors négocié, jusque dans les moindres détails, la mise en place d'un système de communication rapide et direct, extrêmement sécurisé.

Le «Memorandum of Understanding Between the United States of America and the Union of Soviet Socialist Republics Regarding the Establishment of a Direct Communications Link», premier traité bilatéral entre les deux puissances, a été signé à Genève le 20 juin 1963.

Dans le film Docteur Folamour, c'est au téléphone que le président américain Merkin Muffley a une conversation tragicomique avec «Dimitri» à Moscou sur une apocalypse nucléaire imminente.

Dans la réalité, c'est par messages écrits, codés et transmis par un câble long de milliers de kilomètres (Washington-Londres-Copenhague-Stockholm-Helsinki-Moscou), et par un circuit radio, que les deux capitales communiquent.

Selon un article de 2013 du Smithsonian Magazine, le premier message envoyé par les Américains a été: «The quick brown fox jumped over the lazy dog's back 1234567890».

Ce qui ne voulait pas dire grand-chose, mais a eu le mérite d'utiliser tous les caractères possibles afin de tester le matériel.

Le système a été modernisé en 1971, remplacé par des liaisons satellites et des terminaux installés dans les deux pays – du côté américain, la liaison arrive au Pentagone, lui-même en lien avec la salle de crise de la Maison-Blanche, la «Situation Room».

Dans un article de 1988, The New York Times Magazine a comparé le local du Pentagone à «la salle informatique d'un établissement d'enseignement bien équipé» et a raconté comment le système est testé chaque heure, tous les jours, avec des messages sans rapport avec l'actualité: «Les Américains envoient parfois du Shakespeare, et les Russes, du Tchekhov».

En 1994, un nouveau système a permis aux responsables de la Défense des deux pays d'être joignables pratiquement en permanence.

Les États-Unis ont toujours gardé le secret sur le nombre d'utilisations de cette liaison sécurisée.

Elle a, selon le ministère des Affaires étrangères américain, servi pendant la guerre israélo-arabe de 1967, puis lors de celle de 1973.

La ligne aurait chauffé, selon divers articles publiés dans les médias, lors de l'invasion de l'Afghanistan par l'URSS en 1979 et aurait beaucoup servi pendant la présidence de Ronald Reagan, avec des échanges au sujet du Liban et de la Pologne.

Selon la chaîne NBC ou encore The Washington Post, l'ancien président Barack Obama a utilisé le «téléphone rouge» – qui est en réalité un courriel hautement sécurisé – le 31 octobre 2016 pour mettre solennellement en garde Vladimir Poutine contre toute perturbation de l'imminente élection présidentielle américaine.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.