/world
Navigation

EN IMAGES | Des membres de Lev Tahor s'échappent après leur arrestation

Coup d'oeil sur cet article

Une vingtaine de membres de la secte juive Lev Tahor, ultra-orthodoxes soupçonnés de maltraitance et de crimes sexuels, se sont enfuis d'un centre où ils avaient été placés dans le sud du Mexique après leur arrestation quelques jours plus tôt, a indiqué vendredi un fonctionnaire régional. 

«Ils se sont échappés de l'auberge du Développement intégral de la famille (DIF, organisme public NDLR). Ils ont détruit l'auberge» où ils étaient retenus sous surveillance à Huixtla, dans l'État du Chiapas, à 190 km de la frontière avec le Guatemala, a indiqué à l'AFP une source de cette institution dédiée à la protection de l'enfance.

Les faits sont survenus jeudi. Des images de télévision montrent les fugitifs, dont des mineurs, en tuniques blanches et grises, en train de se battre avec deux gardiens, dont l'un tombe au sol. Ils se sont ensuite enfuis pour une destination inconnue dans cette région du Chiapas connue pour ses montagnes, ses forêts et sa jungle.

Les 26 membres de la secte avaient été placés dans cette auberge vendredi dernier après leur arrestation lors d'un raid de la police au cours duquel un garçon de trois ans a été rendu à son père qui avait fui la secte, avait annoncé mardi le ministère israélien des Affaires étrangères.

La descente a eu lieu «après que la police mexicaine a recueilli des preuves à charge contre plusieurs membres de la secte soupçonnés de trafic de drogue, de viol et plus encore».

Parmi les membres arrêtés de différentes nationalités (israélienne, canadienne, américaine et guatémaltèque), deux sont soupçonnés de crimes sexuels et de traite d'êtres humains. Ils encourent jusqu'à vingt ans de prison s'ils sont reconnus coupables par un tribunal local. 

La secte Lev Tahor - qui signifie «Coeur pur» en hébreu - a été formée dans les années 80 et pratique une forme ultra-orthodoxe de judaïsme, où les femmes portent notamment des tuniques noires les recouvrant de la tête aux pieds.

Tour à tour passé par les É.-U., le Guatemala et le Canada, ce groupe est connu pour ses pratiques extrémistes et pour imposer un régime strict à ses adeptes. Ils sont notamment accusés de promouvoir des mariages entre mineurs et de violences sur les membres de la secte.