/world/middleeast
Navigation

L'opposition remporte les législatives au Koweït, deux femmes élues

L'opposition remporte les législatives au Koweït, deux femmes élues
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L'opposition qui avait boycotté les élections législatives ces dix dernières années au Koweït a raflé la majorité des sièges au scrutin de jeudi, à l'issue duquel deux femmes ont fait leur entrée au Parlement, selon les résultats officiels publiés vendredi. 

Les candidats de l'opposition, dont plusieurs sont issus de formations islamistes, ont remporté 28 des 50 sièges du Parlement, battant 20 anciens députés parmi lesquels trois ex-ministres, lors de ces législatives, les sixièmes en dix ans.

Le ténor de l'opposition, Ahmad al-Saadoun, qui a présidé trois fois l'assemblée, figure parmi les vainqueurs avec 12 000 voix.

Parmi les 22 candidates qui étaient en lice, deux femmes -- l'ancienne ministre Jinane Bouchehri et Alia Al-Khaled -- ont fait leur entrée dans l'hémicycle. Les Koweïtiennes, pourtant très actives au sein de la société civile, avaient perdu leur seule représentante aux dernières élections, en décembre 2020.

Par ailleurs, deux candidats qui purgent des peines en prison ont également remporté des sièges, une première au Koweït. Hamid Mehri al-Badhali et Marzouk al-Khalifa sont notamment accusés d'avoir participé illégalement à des élections partielles.   

Contrairement aux autres États de la région, le Koweït est doté d'une vie politique dynamique, avec un Parlement -- élu pour quatre ans -- doté de larges pouvoirs législatifs et où les débats sont souvent vifs.

Ce riche pays pétrolier est toutefois secoué depuis des années par des crises politiques à répétition qui ont entravé ses velléités de réformes économiques. 

Parmi les principaux exportateurs de pétrole brut au monde, le Koweït est dirigé par la famille régnante des Al-Sabah qui garde les clés du pouvoir même si les élus ont d'importantes prérogatives, n'hésitant pas à demander des comptes à des ministres appartenant à la famille royale accusés de mauvaise gestion, voire de corruption. 

Les partis politiques ne sont ni interdits ni reconnus, mais de nombreux groupes, parmi lesquels les islamistes, agissent de facto comme des formations politiques.

Les personnalités de l'opposition avaient boycotté les élections ces dix dernières années, déplorant les ingérences de l'exécutif dans le pouvoir législatif. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.