/sports/hockey/canadien
Navigation

Filip Mesar attire l’œil des vétérans

Nick Suzuki le trouve très impressionnant

Devils vs Canadiens
Photo Martin Chevalier La recrue Filip Mesar a su faire sa marque depuis le début du camp d’entraînement du Canadien.

Coup d'oeil sur cet article

En sa qualité de premier choix à la plus récente séance de sélection, Juraj Slafkovsky était le joueur que tout le monde attendait au camp du Canadien. Sans être décevant, le Slovaque passe un peu sous le radar. C’est non seulement le point de vue des amateurs et des médias, mais également des vétérans de l’équipe.

• À lire aussi: Canadien contre les Maple Leafs: un match sans saveur

• À lire aussi: Le Canadien débarque en terrain connu

• À lire aussi: Canadien: Owen Beck peut-il mêler les cartes ?

C’est plutôt son compatriote Filip Mesar, réclamé au 26e rang (aussi au premier tour cet été), qui a présentement la cote auprès de ceux qui occupent le vestiaire du Tricolore depuis quelques saisons.

Du moins, c’est le premier nom qui est venu aux lèvres de Nick Suzuki et de Josh Anderson lorsqu’ils ont été appelés à nommer la recrue qu’ils considéraient s’être la plus démarquée jusqu’à présent.

« Je trouve Mesar très impressionnant. Il joue comme un pro. Il a montré beaucoup de beaux flashs », a déclaré le capitaine du Canadien.

À ses deux premières sorties dans l’uniforme bleu-blanc-rouge, le numéro 48 ne s’est pas inscrit sur la feuille de pointage, mais il s’est effectivement illustré par la fluidité de ses mains et par son flair offensif. Et ce, tant à l’aile qu’au centre.

« Quelques jeunes se distinguent. Mesar connaît un bon camp. Il paraît très bien lors des entraînements », a observé Anderson, énumérant également au passage Owen Beck et Slafkovsky.

Un débat jusqu’à la fin

Mis au parfum des propos de ses deux joueurs, Martin St-Louis a reconnu qu’ils avaient un bon œil.

« Ce sont des gars qui sont allés dans les tranchées. Ils reconnaissent certainement des choses qu’ils ont vécues au même âge, a indiqué -l’entraîneur-chef du Canadien. Filip a les qualités d’un choix de premier tour, alors je ne suis pas surpris qu’ils l’aient remarqué. »

Pour revenir à Slafkovsky, il a assurément le physique de l’emploi. Néanmoins, jusqu’à la toute fin du camp, le débat risque de faire rage à savoir s’il doit amorcer la saison à Montréal ou à Laval. Débat dans lequel Anderson n’a pas voulu embarquer.

« C’est difficile de vivre un premier camp d’entraînement. Il est encore très tôt. On doit lui donner quelques matchs supplémentaires pour qu’il puisse travailler un peu sur son jeu », a-t-il indiqué visiblement pas tout à fait convaincu.

Chez les pros ou les juniors ?

Dans le cas de Mesar, à moins d’une grande surprise, il n’y aura pas de place pour lui dans l’immédiat avec le grand club. 

De son côté, ce sera entre Laval, dans la Ligue américaine et Kitchener, le club qui détient ses droits dans la Ligue de hockey junior de l’Ontario (OHL).

Puisqu’il a disputé ses deux dernières saisons dans les rangs professionnels, à Poprad, en Slovaquie, un retour chez les juniors n’est probablement pas l’option la plus attrayante pour l’attaquant de 18 ans.

L’exemple du capitaine

Suzuki, qui a lui-même évolué pendant deux campagnes dans ce circuit après avoir été un choix de premier tour des Golden Knights de Vegas, n’hésiterait pas à conseiller le circuit ontarien à son futur coéquipier.

« Je sais qu’il veut jouer pro, mais il n’y a pas de mal à aller dans la OHL. Il ne le saisit peut-être pas très bien, mais là-bas, il va empiler les points, être utilisé dans toutes les situations. Il aura 20 minutes de temps de glace par match. Pour le développement d’un joueur, ce sont des conditions idéales. »

Lors de ces deux saisons en question, Nick Suzuki avait brûlé le circuit ontarien avec des récoltes de 100 et 94 points. 

En tant que capitaine de l’équipe, peut-être pourra-t-il avoir une influence sur le choix de Mesar.


En fin de journée, Martin St-Louis a retranché 23 joueurs. Au sein du groupe qui se rapportera au Rocket de Laval, on note Jan Mysak, Gianni Fairbrother et Joël Teasdale,Miguël Tourigny et William Trudeau. Il reste 45 joueurs au camp du Canadien.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.