/news/elections
Navigation

Bruno Marchand prend acte de l'appui majoritaire à la CAQ et au troisième lien

Le maire de Québec, Bruno Marchand, s’est réjoui du fort taux de participation au vote des citoyens de la région de Québec.
Photo Stevens LeBlanc Le maire de Québec, Bruno Marchand, s’est réjoui du fort taux de participation au vote des citoyens de la région de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Évoquant une «ère de collaboration», Bruno Marchand attend toujours les études sur le troisième lien, mais il dit prendre acte du fait que la population de la région a réélu un gouvernement qui fait la promotion du projet.

• À lire aussi: Distorsion du vote: Legault ferme la porte à double tour à une réforme du mode de scrutin

• À lire aussi: Québec 2022: Legault réélu à la tête d’un gouvernement majoritaire

«Il faut accepter qu’il y a une majorité de députés du gouvernement en place qui ont été élus, que c’est le parti qui a obtenu le plus d’appuis. Est-ce que ces gens-là [les électeurs] sont tous pour le troisième lien? Il y a une grande partie en faveur. On a le devoir d’accepter ce que les citoyens de Québec et d’ailleurs disent.» C’est le constat que fait le maire de Québec, au lendemain des élections qui ont reporté au pouvoir la CAQ et qui ont laissé la carte régionale inchangée. 

Il estime toujours que le gouvernement a le fardeau de présenter les données qui justifient son projet. 

Par ailleurs, «sur l’ensemble des dossiers, s’ouvre une ère de collaboration avec le gouvernement», dit M. Marchand. 

Il s’attend aussi à des résultats en lutte contre les changements climatiques, en itinérance et en pénurie de main-d’œuvre, mais il choisit la voie de la collaboration. «Si vous allez négocier avec votre banquier et que vous rentrez avec l’idée d’être son opposition, ça se peut que vous ressortiez pas avec l’argent dont vous avez besoin. Les villes ne peuvent pas être l’opposition», dit-il.  

Rapport de force

Le chef de l’opposition, Claude Villeneuve, estime que le maire nuit à son rapport de force en affirmant cela. «C’est pas en disant qu’on n’a pas de pouvoir de négociation qu’on intimide grand monde et qu’on donne le goût de nous écouter. J’aimerais que le maire se fasse un leader.» Selon lui, M. Marchand «manque de combativité». 

Bruno Marchand fonde beaucoup d’espoir dans la nomination de la prochaine personne qui sera ministre responsable de la Capitale-Nationale. Sans identifier un élu en particulier, le maire a dit souhaiter quelqu’un «qui a du chien», une capacité de collaborer et qui place les intérêts de la région au-dessus des siens. Selon lui, le ministre en question pourrait venir de la région de Québec comme de celle de la Chaudière-Appalaches, ce avec quoi M. Villeneuve est en désaccord. Selon ce dernier, il ou elle doit être élu dans la capitale nationale.  

Le chef de la deuxième opposition, Éric Ralph Mercier, estime que le gouvernement de la CAQ «ne doit pas faire la sourde oreille aux demandes de la Ville» et annonce qu’il compte s’en assurer.  

Tramway 

Par ailleurs, sur le dossier du tramway, les résultats des élections démontrent l’appui de la population au projet de tramway, selon M. Marchand, car 78% des voix de la région sont allées à des partis favorables au projet.  

«Les statistiques témoignent que les gens veulent avancer avec ce projet.» 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.

En continu
Le fil des élections fullscreen
OUTIL INTERACTIF
Les 625 candidats à la loupe
tous nos contenus électoraux