/news/politics
Navigation

Le ministre Rodriguez accuse Google d’«intimider» les Canadiens

Le ministre Rodriguez accuse Google d’«intimider» les Canadiens
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre du Patrimoine Pablo Rodriguez accuse Google d’«essayer d’intimider les Canadiens», après que la compagnie eut entamé ses efforts de lobbying auprès du gouvernement contre le projet de loi proposant notamment aux plateformes web d’inclure plus de contenu local. 

• À lire aussi: Votre compte approche la limite des 15 Go de stockage sans frais? Voyez comment libérer votre compte avec facilité

• À lire aussi: Justin Trudeau souhaite «plus d’immigration» au Québec

• À lire aussi: Peu de vagues à Ottawa après la majorité écrasante de la CAQ

«Ce projet de loi, il est bien simple. Il y a du monde qui essaie de l’amener ailleurs. Le projet de loi, c’est qu’il demande aux streamers – qu’on aime beaucoup, là, les Disney et autres – de contribuer à la culture québécoise et canadienne. That’s it. Fait que là, les campagnes de peur, moi, ne m’impressionnent pas ben ben», a établi M. Rodriguez à l’entrée du conseil des ministres jeudi.

M. Rodriguez trouve «particulier qu’une multinationale étrangère vienne ici» et tente d’«intimider» et de «faire peur» aux Canadiens «à travers ses propos».

Dans un billet sur le blogue de Google Canada, le Directeur Produit de YouTube, propriété de Google, a affirmé que la loi C-11 serait néfaste à la liberté des Canadiens de voir le contenu qui les intéresse vraiment plutôt que du contenu priorisé par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications du Canada (CRTC).

«Nous avons la responsabilité envers nos spectateurs et créateurs canadiens de les informer des changements apportés à leur expérience en ligne. Et nous pensons qu'il vaille la peine de défendre les intérêts de nos téléspectateurs et le gagne-pain de nos créateurs», écrit-il.

La loi obligerait YouTube à «modifier ses algorithmes», soutient-il, quelque chose dont ont horreur les géants du web.

Dans les faits, le projet de loi C-11 propose de faire des nouvelles plateformes de musique, de films, de séries ou de vidéos des diffuseurs à part entière, soumettant ainsi ces derniers aux mêmes responsabilités.

C-11 ne devrait pas réglementer le contenu diffusé par les utilisateurs, mais a comme objectif d’assurer une meilleure «découvrabilité» et ainsi un plus grand public au contenu québécois et canadien.

Rappelons que le ministre Rodriguez avait tenu des propos similaires à l'endroit de Facebook, qui menaçait de couper l'accès à sa plateforme alors que le gouvernement fédéral voulait forcer les entreprises à contribuer au contenu journalistique.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.