/news/currentevents
Navigation

Rapides de Lachine: une zone trop dangereuse pour y sauver des gens

Le rapport d’enquête sur la mort d’un pompier dans les rapides de Lachine publié

Coup d'oeil sur cet article

L’Association des pompiers de Montréal croit que ses membres continueront de porter secours aux personnes en danger dans un secteur de rapides de Lachine même si la CNESST leur demande de ne pas le faire. 

• À lire aussi: Cérémonie à la mémoire du pompier Pierre Lacroix

Les pompiers à quai lors de l’opération de sauvetage du 17 octobre 2021 dans les rapides de Lachine.
Photo d'archives, Agence QMI
Les pompiers à quai lors de l’opération de sauvetage du 17 octobre 2021 dans les rapides de Lachine.

« Si on met un pompier face à une situation où il peut sauver une vie. Si des gens en difficulté sont à sa portée, s’ils sont menacés de mort, c’est utopique de croire qu’un pompier n’interviendra pas », a lancé Richard Lafortune, vice-président de l’Association des pompiers de Montréal, en évoquant la zone d’exclusion d’intervention imposée par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

Cette dernière a fait un rappel de ce secteur dans son rapport sur l’accident d’un sapeur en plein sauvetage en octobre 2021.

Le pompier Pierre Lacroix qui a trouvé la mort dans l’exercice de ses fonctions.
Photo courtoisie
Le pompier Pierre Lacroix qui a trouvé la mort dans l’exercice de ses fonctions.

Pierre Lacroix, un pompier avec une trentaine d’années d’expérience, a perdu la vie lorsqu’une équipe tentait de secourir des plaisanciers à la dérive dans les rapides de Lachine. 

Le bateau des quatre sauveteurs s’est renversé dans ce secteur.

Selon le rapport, une combinaison entre la répartition du poids des pompiers et la position qu’avait le bateau au creux de la vague aurait causé son renversement.

Le syndicat estime qu’interdire aux pompiers l’accès à certains secteurs n’empêchera pas que de tels drames se produisent, et l’absence de mesures correctives est déplorée. 

Problème d’embarcation

« Au-delà de raviver la plaie toujours vive de l’évènement qu’on a vécu, on savait déjà qu’il y avait des lacunes. C’est un combat de David contre Goliath. Ces embarcations-là ne sont pas conçues pour intervenir », a ajouté M. Lafortune.

Toujours selon le rapport, les pompiers du service incendie de Montréal sont intervenus sans avoir toutes les informations nécessaires afin de se déplacer dans le secteur des rapides de Lachine qui dépasse les limites de navigabilité, aucune donnée GPS n’étant accessible pour ce secteur. 

Une formation déficiente de l’équipage a également été soulevée, et ce malgré une mise à l’eau exemplaire faite par une équipe d’expérience, ont commenté les deux inspecteurs responsables de l’enquête, Danny Laporte et Éric Dupont.  

Pour éviter qu’un tel évènement ne se reproduise, la CNESST recommande notamment de la sensibilisation auprès des futurs pompiers. 

Par ailleurs, la Ville de Montréal a reçu dans la dernière semaine un constat d’infraction de la commission en lien avec l’incident. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.